SERIGNE BASSIROU GUEYE A L’OFNAC: POLITIQUES ET ACTEURS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE SE PRONONCENT

Read Time:2 Minute, 9 Second

Serigne Bassirou Guèye ne rassure pas. Des politiques et des membres de la société civile multiplient les critiques contre le nouveau président de l’Ofnac qui, selon eux, n’avait pas donné suite aux rapports de l’organe quand il était procureur de la République.

 

 

Serigne Bassirou Guèye a été nommé, vendredi, président de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac). Il succède à Seynabou Ndiaye Diakhaté. Mais l’ancien procureur de la République près le Tribunal de grande instance hors classe de Dakar n’est pas bien le bienvenu pour certains politiques et membres de la société civile. Dans un tweet, l’ancien Premier ministre et leader de l’Act ironise : « J’ai d’abord cru à un gag. Mais non ! Celui qui refusait de donner suite aux rapports de l’Ofnac par des poursuites est désormais patron de cette institution. Sans doute du ‘’fast track’’ qui ne laisse pas de traces. »

Dans une note, Thierno Bocoum qualifie le choix porté sur le magistrat qui était pressenti à la Cour d’Appel de Thiès d’un « énième coup de massue contre l’Ofnac ». Le président du mouvement Agir fait la même remarque que Abdoul Mbaye : « Le Président Macky Sall a décidé de mettre à la tête de l’Ofnac un ancien procureur de la République qui avait systématiquement refusé de donner suite aux rapports dudit organe quand il était aux affaires. Celui qui ne voulait pas, en aval, donner de suite aux dossiers ne fera évidemment pas le travail en amont. » Il en déduit que « l’Ofnac devient ainsi une coquille vidée de sa substance : la prévention et la lutte contre la fraude, la corruption, les pratiques assimilées et les infractions connexes, en vue de promouvoir l’intégrité et la probité dans la gestion des affaires publiques ».

Or, rappelle M. Bocoum, « en 2012, en notre qualité de député de la 12ème législature, nous avions énormément marqué notre fierté d’avoir voté la Loi n° 2012-30 portant création de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) après avoir largement partagé avec le peuple sénégalais la ferme volonté de se débarrasser définitivement de certaines pratiques de corruption qui ont fini par mettre presque à genoux notre économie ».

Elimane Haby Kane, membre de la société civile, ne s’explique pas non plus ce choix de Serigne Bassirou Guèye qui était conseiller juridique détaché au palais jusqu’à sa nomination. « Macky Sall réaffirme sa volonté de saborder l’organe national de lutte contre la corruption », a-t-il tweeté.

Emediasn

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Créatrice de jeux sénégalais: Yambaye Marième Seck face à la dure réalité de la distribution de son oeuvre
Next post FINANCE CLIMATIQUE: LE SÉNÉGAL À L’ÉCOLE DU RWANDA, DU BÉNIN, DU ZIMBAWÉ ET DU MALI