add share buttons
June 20, 2021

VIOLENCE À DIOHINE, MANIF CONTRE SEDIMA A NDINGLER… Le front social en ébullition

Le front social est en ébullition et ça secoue dans tous les sens. A Diohine, Ndingler les hostilités ont démarré par une situation causée, en grande partie, par un mécontentement populaire. 

Quelques mois après les évènements malheureux pour la libération de Ousmane Sonko qui avaient mis le pays sens dessus – dessous, on est en train d’assister à de nouvelles contestations populaires. A Diohine et à Ndengler, des manifestations de contestation ont repris par des soulèvements populaires et des scènes de guérilla contre les forces de défense et de sécurité. Situé dans la région de Fatick, Diohine est en proie à des scènes de violence. Le guide religieux qui s’est installé dans ce village, à majorité chrétienne, est accusé de saper le dialogue islamo chrétiens et la bonne cohabitation qui existe entre les différentes communautés religieuses, à travers des prêches incendiaires. Dimanche dernier, la tension était vive. Des jeunes du village ont voulu profiter de leur marche pacifique pour saccager le domicile du chef religieux, Bara Séne. Mais c’était sans compter sur la détermination des gendarmes qui se sont interposés. Au final, il y a eu des affrontements entre manifestants et gendarmes occasionnant 39 arrestations et 14 blessés dont six gendarmes et une des maisons du marabout bruléé. Les manifestations ont, d’ailleurs, fait une victime, un homme d’une soixantaine d’années, décédé d’un malaise au centre régional de Fatick. Selon ses proches, le défunt est mort des suites d’un Accident vasculaire cérébrale (Avc) après avoir inhalé du gaz lacrymogène. Les populations de Diohine, qui réclamaient le départ du guide religieux Serigne Bara Sène ont finalement gagné une manche. Selon nos confrères du Quotidien, le père du jeune marabout, Serigne Cheikh Ndigeul Sène, aurait finalement décidé de faire quitter son fils la localité de Diohine. Et comme si cela ne suffisait pas, l’affaire Ndingler refait surface. Le contentieux entre l’homme d’affaires Babacar Ngom et les paysans du village sur les 80 hectares que se disputaient les diverses parties a pris une autre tournure. Des affrontements ont eu lieu avant hier. Des villageois de Djilakh, selon Dakaractu, réclament également ces terres, et se sont cognés avec leurs voisins de Ndengler. Elles estiment avoir baissé les bras l’année dernière et laissé leurs voisins de Ndengler cultiver les champs. Aussi, estiment-elles que cette année, c’est à leur tour d’en prendre possession. C’est dire que ces terres sont situées à cheval entre la commune de Sindia et celle de Ndiaganiao. Les affrontements notés avant hier ont fait un blessé du côté des villageois de Ndengler et un agent de la Sédima. La gendarmerie est intervenue pour séparer les deux parties, qui campent malheureusement sur leurs positions. Porte-étendard de cette lutte à Ndengler, le patriarche Abdoulaye Dione a demandé au Chef de l’État Macky Sall d’intervenir avant que l’irréparable ne se produise dans cette partie du Sénégal. Très en verve, selon la même source, il n’a pas manqué d’accuser les agents de la Sedima de jouer aux sapeurs en attisant en même temps le feu. Il a aussi fait savoir que les jeunes de Ndengler n’étaient pas prêts à renoncer à leurs terres. Ce qui n’augure rien de bon. 

   LeMandat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post JOURNEE MONDIALE DES SAGES-FEMMES : Des milliers de diplomés-chomeurs…
Next post POUR ATTENUER L’IMPACT DE LA COVID-19 : Les petits producteurs agricoles haïtiens reçoivent un soutien à la relance de la production alimentaire