add share buttons
June 20, 2021

VAGUES DE RAPATRIEMENT DE LA CHINE : Les mises en garde du Pr Issa WANE, agrégé de santé publique

La logique de santé publique, épidémiologique, voudrait qu’on limite voire suspendre les mouvements des personnes que ce soit une épidémie locale ou une épidémie internationale, a prévenu lundi le professeur agrégé de santé publique, Issa WANE. Il réagit ainsi aux vagues de rapatriement de ressortissants de plusieurs pays de la Chine qui fait face, avec l’aide de la communauté internationale, au coronavirus qui s’est déclaré dans la province de Wuhan où sont coincés 13 étudiants sénégalais.Lesquels réclament leur infiltration de l’épicentre de la maladie.

Selon lui, la période de 14 jours d’incubation doit être respectée dans la mesure où, durant cet intervalle de temps, il peut y avoir contamination car, le porteur sain, dit-il, peut bien transmettre la maladie. 

«Je peux vous dire que la règle pour ces maladies hautement transmissibles, c’est de limiter les mouvements des personnes, voire carrément suspendre les flux humains pendant la période de haute transmission. C’est une règle d’épidémiologie», a déclaré Pr WANE dans le journal parlé de la mi-journée d’IRadio.

Des pays limitrophes comme la Mauritanie, la Tunisie et Maroc ont transféré leurs compatriotes de la Chine à domicile. Tout comme les Etats-Unis, la France etc, bien avant.

«Maintenant, se demande Pr WANE, est-ce qu’il faudrait pour ce cas spécifique des Sénégalais les faire rentrer au pays ? N’ayant pas en main toutes les données du problème, je ne peux pas me prononcer».

Toutefois, il prévient qu’il est établi qu’en cas d’épidémie hautement contagieuse comme c’est le cas, il faut limiter les mouvements des personnes, mesure de précaution qu’il dit être  «claire».

Pr WANE déclare que les décisions de rapatriement motivées par le coronavirus sont complexes et ne sont toujours pas inspirées par des logiques de santé publique. Il y a peut-être d’autres facteurs qui entrent en ligne de compte ; peut-être des facteurs économiques, politiques ou sociaux ? Mais la logique de santé publique, la logique épidémiologique vaudrait qu’on limite les mouvements de personnes, qu’on mette des restrictions aux mouvements de personnes. Que ce soit une épidémie locale ou une épidémie internationale», a-t-il insisté.

Raymond Apéraw DIATTA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post COPEOL EN CRISE : Le DG accuse l’Etat du Sénégal
Next post GUINÉE-BISSAU POST-ÉLECTORALE : Macky appelle au respect de la volonté souveraine du peuple guinéen