add share buttons
November 28, 2021

Soudan : l’armée dissout le gouvernement de transition, des manifestants tués

Read Time:1 Minute, 9 Second

Trois personnes ont été tuées et 80 blessées par des tirs de l’armée soudanaise, lundi, à Khartoum, lors de manifestations massives dénonçant un coup d’État et l’arrestation de la quasi-totalité des dirigeants civils par le général Abdel Fattah al-Burhane. Ce putsch met fin au processus de transition dans le pays, après des semaines de tensions entre autorités civiles et militaires. Retrouvez en détail les événements de la journée sur notre live.

Le général soudanais, Abdel Fattah al-Burhane, a dissous, lundi 25 octobre, les autorités du gouvernement de transition dont la quasi-totalité des membres civils sont déjà aux mains de l’armée, décrétant l’état d’urgence alors que des tirs ont fait trois morts et 80 blessés parmi les milliers de manifestants pro-démocratie.

Le coup d’État, dénoncé par la communauté internationale, s’est déroulé en plusieurs étapes. Le Premier ministre Abdallah Hamdok, son épouse, nombre de ses ministres et tous les membres civils du Conseil de souveraineté – plus haute autorité de la transition – ont été arrêtés par des militaires. Lundi soir, ils étaient toujours dans “un lieu inconnu”, a indiqué son bureau.

Ces événements interviennent deux jours seulement après qu’une faction soudanaise appelant à un transfert du pouvoir vers un régime civil a mis en garde contre un “coup d’État rampant”, lors d’une conférence de presse qu’une foule de personnes non identifiées avait cherché à empêcher.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Youssou Ndour : «Au mois de décembre, nous allons redémarrer les spectacles »
Next post Taxawu Dakar-Barthélémy Dias se rebelle : «Nous confirmons, persistons et signons que…»