PRÈS DE 800 SOURCES DE RAYONNEMENTS RECENSÉES PAR L’AUTORITÉ SÉNÉGALAISE DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (OFFICIEL)

Près de 800 sources de rayonnements ont été déjà recensées au Sénégal par l’Autorité de radioprotection et de sûreté nucléaire (ARSN), a révélé jeudi, Amadou Ngom, directeur des Activités normatives au Secrétariat général du gouvernement.  

‘’Il est certain que ce nombre est dans une dynamique d’augmentation notable avec la construction d’unités de radiothérapie dans les différents hôpitaux régionaux, l’utilisation de sources radioactives pour le diagnostic et le traitement de cancers et d’autres maladies graves, l’exploration et l’exploitation du pétrole, entre autres sources’’, a indiqué, M. Ngom.  Il intervenait lors d’une session de sensibilisation sur le nucléaire à l’intention des journalistes.  Ces sources, selon lui, peuvent être ‘’très dangereuses si les principes fondamentaux de sûreté et de sécurité nucléaire ne sont pas respectés par les détenteurs et utilisateurs’’.  *

Pour exercer le contrôle de ces sources, a expliqué M. Ngom, l’ARSN procède à l’autorisation de toutes les pratiques et activités utilisant les rayonnements ionisants et à leur inspection, sur la base des principes fondamentaux qui régissent la radioprotection et la sûreté nucléaire.  ‘’Les enjeux liés à cette utilisation du nucléaire pour l’atteinte des objectifs de développement font que note pays s’est doté d’un cadre légal et règlement adéquat pour contrôler cette utilisation importante et croissante de ces sources’’, a-t-il indiqué.  M. Ngom a rappelé que ce cadre s’est enrichi, le 21 décembre 2021, d’une nouvelle loi nucléaire.  D’après lui, ‘’les applications civiles du nucléaire dans tous les secteurs de développement sont une réalité dans presque tous les pays africains y compris le Sénégal’’. 

 ‘’Elles ont débuté dans la période coloniale. En atteste, l’arrêté du 20 avril 1956 du gouverneur général de l’Afrique occidentale française concernant la protection du personnel exposé aux rayons X et au rayonnement du radium dans les hôpitaux, dispensaires, cabinets médicaux dentaires et radiologiques, dans les maisons de santé, entre autres’’ a-t-il rappelé. 

 De fait, a-t-il fait savoir, la place de l’Afrique dans le nucléaire, s’est résumée en grande partie, à fournir depuis plus de 60 ans, de l’uranium pour alimenter les armes atomiques et les réacteurs nucléaires des puissances mondiales. 

Le directeur des Activités normatives a souligné qu’‘’il devient urgent que nos populations soient mieux informées sur ce domaine présent dans leur vie de tous les jours mais, dont elles ignorent l’impact positif et également les effets potentiels négatifs sur leur santé, sur l’environnement quand les mesures édictées par les lois et règlements ne sont pas respectées par les utilisateurs’’.  

APS

Previous post Can-2021 : Baptême du feu pour 16 Lions
Next post Projet de loi sur l’homosexualité : la position de la majorité parlementaire !