L’écrivain koweïtien Abdullah JarAllah est décédé. Il est l’auteur de ces mots très touchants :

Je ne m’inquiéterai pas à ma mort ni ne me soucierai indûment de mon corps, car mes frères musulmans feront le nécessaire. Ils me déshabilleront, me laveront, m’envelopperont, me retireront de chez moi et me transporteront dans ma tombe. Beaucoup viendront participer à mon Janaaza. Ils auraient pris congé de leur travail ou annulé des rendez-vous pour assister à mon enterrement. Mes affaires seront éliminées. Mes clés, mes livres, ma serviette, mes chaussures, mes vêtements, etc. Si ma famille est d’accord, ils feront don de mes affaires à mon profit. Soyez assuré que le monde ne pleurera pas ma mort, et le mouvement du monde ne s’arrêtera pas, et le commerce continuera, et quelqu’un d’autre fera mon travail, et ma richesse sera légalement héritée par mes héritiers, tandis que je serai pris en compte pour cela. Un peu, ou beaucoup, rien ne sera perdu.
 La première chose que je perdrai à la mort sera mon nom. À ma mort, ils me demanderont : « où est le corps ? Ils ne m’appelleront pas par mon nom. Quand ils voudront accomplir la salah pour moi, ils diront : « apportez la janaza. Ils ne m’appelleront pas par mon nom. Quand ils seront prêts à m’enterrer, ils diront « amenez le défunt ». Ils ne mentionneront pas mon nom.
 Pour cette raison, je ne serai pas trompé par mon clan, ni ma tribu, ni mon statut ni ma renommée. Comme ce monde est insignifiant, comparé à ce à quoi nous serons confrontés. *O, vous qui êtes vivant en ce moment, sachez que le chagrin pour vous est de 3 types* Ceux qui t’ont vraiment connu, ils diront le pauvre garçon (mépris) Vos amis qui resteront tristes pendant des heures ou des jours, puis ils retourneront à leurs discours et divertissements. Grand chagrin à la maison. Votre famille sera triste pendant une semaine ou deux, un mois, deux mois ou même un an après quoi vous ne serez plus qu’un souvenir. Votre histoire s’est terminée parmi les gens, mais votre vraie histoire vient de commencer, et c’est l’au-delà. Vous avez été dépouillé de : Beauté, richesse, santé, enfants, maisons, châteaux et votre conjoint. Rien ne reste avec vous, sauf vos actes. Vous avez maintenant commencé la « vraie » vie. La question ici est ce que vous avez préparé pour votre tombe et votre au-delà en ce moment ? Cette réalité nécessite une réflexion approfondie. Alors sauvegardez : Les prières et devoirs fardh. Prières Nafl et Sunna. Charité secrète. Bonnes actions. prières de Tahajjud. Pour que tu sois sauvé
 Aidez à rappeler aux gens à travers ces énoncés, pendant que vous êtes encore en vie. Si Allah le veut, vous trouverez l’effet de votre rappel dans votre échelle de bonnes actions le Jour du Jugement. Et rappelez-vous, très certainement, rappeler est fructueux pour le croyant. Pourquoi pensez-vous que les morts souhaitent faire la charité s’ils retournent sur Terre ? Comme le dit le Tout-Puissant : {Et faites un don de ce que Nous vous avons fourni avant que la mort ne vienne à l’un de vous, et vous criez : « Mon Seigneur ! Si seulement Tu me retardais un peu, je donnerais la charité et serais l’un des justes.}
 Il n’a pas dit que je ferais la Omra ou que je pourrais prier ou que je puisse jeûner. Le mort a mentionné la charité en raison de ce qu’il a vu de son grand effet après sa mort. Alors faites beaucoup de charité, et le meilleur de la charité que vous puissiez faire en ce moment est de passer 10 secondes à transmettre ce conseil comme un rappel ; après tout, une bonne parole est une charité. Qu’Allah vous bénisse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Allemagne: troisième mouvement de grève dans le transport ferroviaire
Next post AFROBASKET – Les lions sortent victorieux au bout du suspens! (79-74)