add share buttons
June 22, 2021

Couvre-feu et actes de violence policière : Les mises en garde des organisations de défense des droits humains

La Rencontre africaine pour la défense des Droits de l’homme (Raddho), la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) et Amnesty International/Sénégal (Ais) ont pris les devants, cette fois-ci.

A travers un communiqué conjoint, Sadikh Niasse, Assane Dioma Ndiaye et Seydi Gassama mettent en garde contre les actes de violence contre les personnes «qui ont été largement documentés lors du couvre-feu (le premier) qui a duré du 23 mars au 30 juin 2020».

Selon eux, ces actes «ne doivent pas être tolérés et leurs auteurs doivent être traduits devant la justice».

Ainsi, les défenseurs des droits humains «exhortent les autorités étatiques et les forces de défense et de sécurité à respecter scrupuleusement les lois en vigueur au Sénégal sur l’état d’urgence».

Ils rappellent, également, «aux autorités et aux forces de défense et de sécurité que les seules sanctions encourues par les personnes qui ne respectent pas les mesures en vigueur, dont le couvre-feu, sont celles prévues par l’article 21 de la loi 69-29 du 29 avril 1969 relative à l’état d’urgence et à l’état de siège, à savoir : un emprisonnement de 2 mois à 2 ans et une amende de 20 000 F à 500 000 F ou de l’une de ces deux peines seulement».

Ils invitent les populations à «respecter les mesures liées à l’état d’urgence, le couvre-feu en particulier».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Foncier: Après le verdict prononcé en sa faveur, Abdoulaye Dia restitue les terres aux populations
Next post SENEGAL-PRESSE-REVUE