Coup dur au dialogue démocratique !

L’épilogue Barthélemy Diaz avec le regain de violence qu’il a engendré montre à suffisance le comportement partisan de la justice qui semble allié du pouvoir au lieu d’être arbitre .Le renvoi est une prérogative du juge et un droit du prévenu .Toutes les parties au procès peuvent exercé ce droit mais en abuser parait une négation du droit ternissant la démocratie sénégalaise. Je ne renie pas mon appartenance à l’APR mais je me refuse de cautionner ce fait du prince qui empêche à l’adversaire politique de participer à la conquête du pouvoir.

Certains magistrats couchés en font trop pour plaire et assouvir les désirs et les vœux du prince. Cela est scandaleux et constitue une balafre au système démocratique sénégalais. Hier Sonko aujourd’hui Barthélemy notre démocratie ne doit pas être réglée à l’heure du pouvoir .La conquête du pouvoir exige une équidistance de la magistrature par rapport aux conquêtes des leaders politiques .J’ai beaucoup apprécié Marine Le Pen pendant les chauds moments des gilets jaunes: elle disait à un journaliste que pour elle le seul combat qu’elle mène contre un adversaire reste les urnes.

Cette réflexion du chef du Front National doit inspirer les présidents africains prêts à toutes les pratiques antidémocratiques pour pour contrer leurs adversaires. Louis XVI disait que qui cesse d’aimer cesse d’obéir ;entouré de mauvais courtisans le Président Macky Sall voit sa côte de popularité baissée. Faisons face à l’adversaire politique en refusant de nous renforcer par la magistrature et le commandement territorial.

Macky n’a pas le droit de faire moins que Wade ,le pouvoir n’est pas éternel et l’histoire sera écrite en sublimant ou en apostrophant les acteurs .Il ne faut pas en ajouter au mécontentement des investitures. Quand de dignes fils de ce pays prennent la résolution d’accompagner leur leader au procès sont tabassés ,blessés et laissés sans soin sur l’asphalte alors notre démocratie soupire. Quelle honte!


Ibrahima Ka ,Responsable politique APR à Bambey.

Previous post Budget 2022 : La Présidence passe de 68 à 72 milliards
Next post COP 26 : l’accès à l’eau reste une question de genre, selon Marie Christina Kolo