Traitements médicaux: Les acteurs invitent à s’approprier la santé numérique

La santé numérique est une réalité au Sénégalais.  Les populations devraient s’en approprier. C’est la conviction de Achime Malick Ndiaye, Directeur des technologies et de l’information au sein du ministère de l’économie qui prenait part à Radisson à la rencontre de deux jours sur la Santé numérique organisée par Armef Health.

« La politique de la Santé numérique est une réalité. Peut-être que les gens l’ignorent. Peut-être qu’il faudra de l’accompagnement et de la communication pour que les gens s’approprient », a dit Achime Malick Ndiaye.

La pandémie du Covid-19 a été « déclic pour la Santé numérique », selon le Directeur des technologies et de l’information du ministère de l’économie pour dire qu’ «  on ne peut plus retourner en arrière. » « Le déclic est déjà fait, il faut davantage de communication, davantage cordonner pour qu’il ait une rentabilité au niveau de cette santé digitale parce que les populations en ont besoin », argumente-t-il.

Pour que la Santé numérique puisse connaitre son essor, il faudrait que des obstacles auxquels elle fait face soit levés.

« Il y a des limites organisationnelles et des limites de redondances des initiatives. Je crois que les discussions que nous avons eu permettra de lever certaines équivoques et d’avancer. Il y a une bonne leçon à tirer, c’est une leçon de coordination, d’organisation et de collaboration pour que des initiatives sur le plan E santé puissent être des initiatives qui donneront des resultats », avance  t-il.

Pour Mohamed El Bachir Lô, Coordonnateur du programme Amref Health Africa de l’Afrique de l’Ouest, les nouvelles technologies ont été utilisées durant la pandémie du Covid-19 « pour renforcer davantage l’accès à la santé, la qualité des services en termes de santé maternelle ». « Nous avons vraiment utilisé les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour renforcer  aussi l’information et la sensibilisation  au niveau communautaire. Appuyer l’état du Sénégal et les districts sanitaires dans la prévention et la lutte contre le Covid-19 », déclare M Lô. M Lô que la rencontre qui traite de la  santé numérique à Dakar  constituera un laboratoire où sortiront un ensemble de recommandations qui serviront aux acteurs concernés de pouvoir faire un plaidoyer auprès des états, de la Cedeao et de l’organisation mondiale de la santé (Oms) pour créer un dynamique d’ensemble.

Ousseynou GAYE 

Previous post COCO JEAN : « Soliloquer sur la musique« dénature » la programmation
Next post Sécurisation de l’infrastructure dédiée à la lutte: Un cantonnement de la police sera installé à l’Arène nationale