add share buttons

Malgré le tollé : Pourquoi l’État ne peut pas dissoudre le Comité Miss Sénégal

Read Time:1 Minute, 8 Second
La pétition lancée par la plateforme Ladies Club, pour demander le retrait immédiat de la licence d’exploitation et la dissolution du Comité de Miss Sénégal, risque purement et simplement de tomber à l’eau.
 
D’après les informations de L’Observateur, Amina Badiane possède les droits du Comité que lui a cédés le défunt Moïse Ambroise Gomis.
La transaction s’est faite courant 2015 sous la houlette de l’ex-BSDA (Bureau sénégalais du Droit d’auteur) devenu la SODAV. 
 
Amina Badiane soutient qu’elle détient un dossier de la transaction. Mieux, la cession s’est faite devant un huissier de justice et les montants ont été libellés dans le document, confirme Mouhamed Niang, responsable du Bureau Dépôt légal à la SODAV (Société sénégalaise du droit d’auteurs et droits voisins).
 
En clair, Amina Badiane a tous les droits sur l’organisation de l’élection Miss Sénégal et, en tant que qu’organisatrice privée, elle n’est sous la tutelle d’aucun ministère. 
 
Mieux, le Comité de Miss Sénégal est en règle pour le paiement des droits d’auteur, selon la SODAV.
 
Bref, indique le journal, l’État ne peut pas dissoudre le bureau du Comité de Miss Sénégal. 
 
Au pire des cas, l’État ne peut que refuser les conventions et subventions ou financements de l’évènement.
 
À signaler que la pétition  a rassemblée plus de 62. 477 signatures.
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Albert Royer : 3000 cas de crise d’asthme reçus chaque année
Next post Locales 2022 : 3200 listes dans les starting-blocks !