L’UE ENGAGÉE À SOUTENIR L’AFRIQUE DANS LA GESTION DU TRANSPORT DE MARCHANDISES DANGEREUSES (RESPONSABLE)

L’Union européenne reste engagée à soutenir l’Afrique dans ses efforts pour améliorer la gestion du transport des matières dangereuses et assurer ainsi un environnement plus sûr pour ses citoyens, a assuré, vendredi Illaria Mussetti, gestionnaire du projet 71 ’’SECTRANS’’ des centres d’excellence chimique, biologique, radiologique et nucléaire (CBRN).

’’L’U E reste engagée, à travers l’initiative des CBRN, à soutenir l’Afrique dans ses efforts pour améliorer la gestion du transport des matières dangereuses et assurer ainsi un environnement plus sûr pour ses citoyens’’ a-t-elle déclaré.

Mme Mussetti qui a félicité les 10 pays partenaires, intervenait lors de la clôture du colloque de trois jours sur le transport de marchandises dangereuses (TMD), par voie routière et par voie ferrée.

Le projet 71 ‘’SECTRANS’’ des centres d’excellence chimique, biologique, radiologique et nucléaire (CBRN), est initié par l’Union européenne (UE) pour mettre en place un texte juridique sur le transport de marchandises dangereuses (TMD) par voie routière et par voie ferrée.

Plusieurs activités ont été déjà réalisées notamment des ateliers de formation et de sensibilisation dédiés aux acteurs locaux concernés, officiant dans le public ou le privé.

Le but principal du projet 71 est de mettre en place un texte juridique sur le transport de marchandises dangereuses (TMD) par voie routière et par voie ferrée.

Mené par Expertise France, le projet 71 a permis le renforcement de la collaboration régionale entre les experts nationaux, ainsi que la mise à disposition d’outils concrets visant à pérenniser les évolutions liées à la prévention des accidents et à la protection de la vie humaine et de l’environnement, selon un document transmis à l’APS.

Le Sénégal a élaboré son texte juridique en tenant compte des normes internationales.

Etant partie prenante, le pays établit des plateformes régionales qui permettent d’agir de manière globale, sur tous les aspects liés aux risques chimiques, biologiques, radio logiques et nucléaires, dus à des catastrophes d’origine naturelle ou accidentelle ou à des actes criminels.

L’ initiative est développée avec la participation et l’appui technique d’organismes internationaux et régionaux, des Etats membres de l’Union européenne (UE) et d’autres parties prenantes., lit-on.

Tout cela, indique t -on, concourt à ’’une bonne gestion du risque chimique et également le cadre juridique de ces pays avec les normes internationales et européennes afin d’assurer la bonne gestion du transport des marchandises dangereuses hors nucléaire par route et par rail, dans cette région’’.

Lancé en mars 2019 à Rabat, le projet SECTRANS avait pour objectif d’améliorer les règles de sécurité et de sûreté liées au transport de marchandises dangereuses, renforcer la sensibilisation et les compétences des entités de transport et de leur personnel et renforcer les capacités de réponse face à un accident de transport de marchandises dangereuses.

Il a mobilisé 10 pays de la façade Atlantique de l’Afrique : Sénégal, Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Liberia, Maroc, Mauritanie, Sierra Leone et Togo.

Les activités du projet ont été adaptées à chaque pays et à ses caractéristiques en termes de sécurité et de sûreté, appliquées au transport de marchandises dangereuses, couvrant toute la chaîne du transport de marchandises, de la prévention des risques industriels depuis les sites de stockage et de traitement de marchandises dangereuses jusqu’à leur acheminement dans chaque pays.

APS

Previous post Naples : Le responsable du secteur médical en dit plus sur la blessure de Kalidou Koulibaly et sur son retour
Next post What a Wife Should Do to Strengthen a Husband’s Romantic relationship