add share buttons
November 28, 2021

Drame à Bargny: L’employée de maison poignarde à mort la fille de sa patronne

Read Time:1 Minute, 31 Second

Une bagarre entre une employée de maison et Fatou Boye, la fille de sa patronne a viré au drame à Bargny, une localité qui se trouve dans le département de Rufisque. D’après le témoignage de l’oncle de la victime Fatou Boye, c’est à 11 H (hier) matin au quartier Castor 3, que Fatou Boye la victime est venue rendre visite à sa mère et tombe sur une scène de dispute houleuse entre cette dernière et la femme de ménage.

« Fatou Boye, la fille, gérante de gargote dans ce même quartier de Bargny, intervient et demande à l’employée de Maison d’arrêter de s’en prendre à sa mère qui de plus est la maîtresse de maison sis à Castor 3 connue sous le nom de Raby Ngom », confie l’oncle.

L’auteur du forfait Maman Ndiaye, habitant à Thiokho Rufisque, furieuse de la réaction de Fatou Boye à la rescousse de sa mère, alla alors à la boutique pour chercher un couteau.

Dans la mêlée, elle le planta dans le bas-ventre de Fatou Boye qui s’écroule. Les voisins interpelés par les cris sont venus évacuer la victime qui décéda plus tard de ses blessures lors de son évacuation à Youssou Mbargane Diop.

Sa dépouille a été acheminée à l’hôpital Idrissa Pouye ex HOGGY, pour les besoins de l’autopsie. Fatou Boye, âgée de vingt-quatre ans, mariée, est mère de quatre enfants, dont trois garçons et un bébé de moins de trois mois de sexe féminin.

Quant à Maman Ndiaye, après son forfait, a été sauvée de la furie de la foule grâce à des personnes qui l’ont isolée dans une maison du quartier. Actuellement elle est entre les mains de la police de Colobane, Gouy Mouride Rufisque pour les besoins de l’enquête.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Jean Louis Correa, signataire du Manifeste des 102 universitaires : «Nous n’aurions jamais souhaité avoir raison»
Next post Prison : Guy Marius sursoit à sa grève de la faim, suite au «Ndigueul» de Serigne Mountakha