Alerte : Les fumeurs plus exposés aux complications du coronavirus (étude)

Il est de plus en plus évident que les personnes qui fument du tabac sont plus susceptibles d’avoir des complications graves si elles sont infectées par le COVID-19, rapporte une étude faite en Chine faisant le lien entre le tabagisme et la maladie du coronavirus.

La plus grande étude portant sur les associations entre le COVID-19 et le tabagisme publié à ce jour par le ‘’New England Journal of Medicine’ ’s’est penchée sur les résultats cliniques de 1 099 patients atteints d’une infection COVID-19 confirmée en laboratoire dans 532 hôpitaux à travers la Chine.

L’étude indique que 12,4 % des fumeurs contaminés, ont été admis dans une unité de soins intensifs ou ont eu besoin d’une ventilation mécanique, comparativement à 4,7 % des non-fumeurs. Dans le même ordre d’idées, 21,2 % des fumeurs actuels présentaient des symptômes graves, comparativement à 14,5 % des non-fumeurs.

Bien qu’il n’y ait actuellement pas suffisamment de preuves pour affirmer avec certitude que les personnes qui fument du tabac risquent plus d’être infectées par la maladie du coronavirus 2019 (COVID-19), nous savons que les fumeurs sont plus exposés aux infections respiratoires.

La pandémie de COVID-19 évolue trop rapidement pour que des preuves concluantes aient émergé sur l’impact du tabagisme sur la susceptibilité d’une personne à l’infection au COVID-19.  Toutefois les données recueillies suggèrent que les fumeurs sont susceptibles d’être plus gravement touchés par le COVID-19 s’ils sont infectés par le virus.

Cependant, il existe des preuves accablantes que les personnes qui fument sont plus à risque d’avoir d’autres infections respiratoires virales et bactériennes’’.

«Les fumeurs portent régulièrement leurs doigts potentiellement porteurs de virus à la bouche»

Selon Dr Omar Bâ, pneumologue et Coordonnateur du Programme National de Lutte contre le Tabac, cette étude conforte le fait que le tabagisme augmente le risque de développer une forme sévère du Covid-19 avec des complications comme la détresse respiratoire ou une infection pulmonaire aigue.

Dr Bâ d’ajouter : «les fumeurs sont plus susceptibles d’avoir des fragilités pulmonaires et leur risque de développer une broncho-pneumopathie chronique obstructive (maladie chronique des bronches) est plus élevé que la moyenne».

En plus, selon Dr Bâ, «les fumeurs sont susceptibles d’être plus vulnérables au COVID-19 car le fait de fumer signifie que les mains et éventuellement les cigarettes contaminées, sont en contact avec la bouche, ce qui augmente la possibilité de transmission du virus».

Sur la portée de l’étude, Dr Abdoul Aziz Kassé, cancérologue et ancien Président de la Ligue Sénégalaise contre le tabac signifie «que l’on soit fumeur ou non, on est exposé aux mêmes risques de contamination du virus, mais les fumeurs présentent un risque plus élevé de développer une forme grave s’ils sont testés positifs».

«Les fumeurs peuvent également déjà être atteints d’une maladie pulmonaire ou avoir une capacité immunitaire réduite, ce qui augmenterait considérablement le risque de maladie comme le coronavirus».

La fonction qui permet de balayer les bronches qui sont comme des cils ne fonctionnent plus chez le fumeur qui accumule les dépôts de particules à l’intérieur de ses poumons, a-t-il expliqué.

«D’une part fumer altère les défenses immunitaires et les capacités pulmonaires, d’autre part, les fumeurs portent régulièrement leurs doigts potentiellement porteurs de virus à la bouche, porte d’entrée fréquente du virus», a dit Dr Abdoul Aziz Kassé.

La chicha, un vrai scandale

Par ailleurs, «fumer la Chicha est bien évidemment à proscrire en ce moment. Cette pratique implique le partage d’embouts qui ne peuvent pas être stérilisés, facilitant la transmission du virus», note le médecin.

«Fumer la chicha en cette période est un vrai scandale. C’est une pratique qu’il faut interdire», a-t-il souligné.

Pour l’Organisation Mondiale de la Santé, l’acte de fumer entraine un contact fréquent des mains sur le visage, ce qui crée une voie de transmission virale potentielle. «Le tabagisme compromet également le système immunitaire et donc la capacité du corps à répondre à l’infection», a dit l’OMS.

A la lumière de ce qui précède, Campaign For Tobacco Kids (CTFK), une ONG américaine dédiée à la lutte contre le tabac représentée au Sénégal, conclut dans un communiqué qu’il  est plus que jamais le moment d’arrêter de fumer ! Les preuves étant claires que l’arrêt du tabagisme améliore la fonction pulmonaire relativement rapidement (en quelques mois), ce qui réduit la susceptibilité aux maladies respiratoires et améliore la fonction immunitaire, ainsi que de nombreux autres avantages non directement liés au COVID-19.

Raymond Apéraw DIATTA

Related posts

Leave a Comment