add share buttons
June 18, 2021

Un morceau de fusée chinoise continue sa chute vers la Terre, sans que l’on sache sa destination

L’étage central d’une fusée chinoise pourrait entrer dans l’atmosphère terrestre dans les prochains jours de manière incontrôlée, et toucher la Terre d’ici le 10 mai. Mais difficile, à ce stade, de déterminer où l’engin pourrait tomber.

Une partie d’une énorme fusée chinoise est en train de retomber du ciel en direction de la Terre, et pourrait toucher la surface d’ici le 10 mai prochain, à deux jours près. La pièce principale de l’engin, d’une longueur estimée de 30 mètres et d’un poids d’environ 21 tonnes, pourrait faire une entrée dans l’atmosphère terrestre dans les prochains jours, rapportent des experts au journal britannique The Guardian, sans que l’on sache où celle-ci pourrait atterrir.

Le lanceur, baptisé “Longue Marche 5B”, a été envoyé dans l’espace le 29 avril dernier depuis la ville de Wenchang, dans la province chinoise de Hainan. Celui-ci avait pour but de placer le module “Tianhe” en orbite, dans le cadre de la construction de la station spatiale chinoise “CSS” (qui doit être achevée fin 2022).
L’engin devrait être happé par l’atmosphère terrestre

Mais après quelques secondes de vol, le module Tianhe s’est comme prévu détaché du lanceur qui l’accompagnait. Le lanceur est ensuite entré en orbite sur lui-même de manière incontrôlée, et devrait désormais être progressivement attiré par l’atmosphère terrestre, jusqu’à être happé par celle-ci dans les prochains jours. Dès le 30 avril, le site d’actualité spécialisé américain SpaceNews mettait donc en garde face au risque d’une retombée “incontrolée”.

Ce mardi, l’engin était en orbite autour de la Terre toutes les 90 minutes, à une vitesse d’environ 27.600 km/h, mais il a déjà perdu 80 km d’altitude depuis ce week-end. La trajectoire de 2021-035B, comme l’a baptisé l’armée américaine, peut être consultée sur Internet, via des sites tels que orbit.ing-now.com. Mais les fluctuations de ces données rendent difficile, si ce n’est impossible, de prédire où il atterrira.
Un risque minime

    “C’est potentiellement mauvais. La dernière fois qu’ils (les Chinois) ont lancé une fusée Longue Marche, ils se sont retrouvés avec de grandes et longues tiges de métal volant dans le ciel qui ont endommagé plusieurs bâtiments en Côte d’Ivoire”, a commenté Jonathan McDowell, astrophysicien au Centre d’astrophysique de l’Université d’Harvard au journal britannique The Guardian.

“Si la plupart des morceaux ont brûlé (en cours de route), d’énormes morceaux de métal ont eux touché le sol. Nous avons eu beaucoup de chance que personne n’ait été blessé”, a ajouté l’astrophysicien au quotidien britannique, regrettant cette “négligence de la part de la Chine”: “on ne laisse pas tomber délibérément du ciel des objets de plus de 10 tonnes de manière incontrôlée”.

Selon le site d’information scientifique SpaceNews, le plus probable est que ce nouvel engin tombe dans l’eau, l’océan recouvrant environ 71% de la surface de la planète Terre. Pour les experts, la probabilité que quelqu’un soit heurté par des débris de cette fusée est extrêmement faible, de l’ordre “d’un sur plusieurs milliers de milliards”.

BFM.TV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Covid-19 : Pourquoi les Africains de France sont plus durement frappés
Next post Exposition jusqu’au 10 mai : L’artiste Mbaye Babacar Diouf expose son chapelet de 700 kilogrammes au Musée Théodore Monod