add share buttons
June 23, 2021

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PIKINE-GUEDIEUWAYE Les travailleurs dénoncent le népotisme du Garde des sceaux

Les travailleurs de la justice du Tribunal de Grande instance Pikine- Guédiawaye étaient en sit-in hier. Ils ont manifesté leur ras-le-bol suite au non-paiement de leurs fonds communs en cette veille de fête. Les conditions de travail et le népotisme entretenu par le ministère sont aussi sur la liste des doléances.

Les travailleurs de la justice de Pikine-Guédiawaye, en sit-in hier lundi, ont dénoncé le non-paiement de leurs fonds trimestriels, deux mois après l’échéance. Certains d’entre eux se sont retrouvés sans salaire ce mois de mai. Face à la presse, maître Abdoulaye Mboup a soutenu que tous les travailleurs sont sortis pour protester contre la rétention des fonds communs. ‘’Cela fait deux mois que ces travailleurs de la justice devraient recevoir cet argent. Aujourd’hui, c’est des pères et mères de famille qui sont dans le désarroi en cette veille de fête où les charges deviennent plus nombreuses’’, se désole le greffier, rouge de colère. Une autre agression subie par ces travailleurs, beaucoup d’entre eux n’ont pas reçu leur salaire. ‘’Et pourtant, nous nous efforçons en toute responsabilité de faire et de bien faire notre travail, malgré les conditions difficiles. C’est d’ailleurs ce qui justifie cette sortie massive des travailleurs tous syndicats confondus, brassards rouges bien noués pour manifester leur amertume. L’idée étant de se faire entendre et dire non à l’exploitation dont ils sont victimes’’ selon toujours Me Mboup.

‘’Certains n’ont pas de bureau’’

Il dénonce aussi les mauvaises conditions de travail au Tribunal de grande instance de Pikine-Guédiawaye. ‘’Certains n’ont pas de bureau, d’autres sont entassés comme des sardines. Le pire est qu’on peut travailler ici pendant dix ans, sans aucune augmentation de salaire. On ignore tous, de quoi demain sera fait concernant notre sécurité en tant que travailleur’’, a pesté Me Mboup. Ce fléau    touche les secrétaires, les greffiers, les interprètes, bref, tous les travailleurs de la justice. Dans la même foulée, ces travailleurs dénoncent la volonté de la tutelle de vouloir entretenir un  népotisme et  un clientélisme qui ne dit pas son nom. Tout de même, ils affirment être prêts à y faire face pour que cela ne passe pas. Il faut noter que les conditions sociales des travailleurs de la Justice, qui sont dans une extrême précarité du fait de la faiblesse de leurs revenus, ont toujours été parmi leurs principales revendications.

LeMandat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Bob Marley, 40 ans après : De la star mondiale au plus grand porte-parole » du reggae
Next post Contre autopsie de KaderJohnson: Son père fait une importante précision et divulgue le rapport