add share buttons
June 20, 2021

SENEGAL-PRESSE-REVUE

LES QUOTIDIENS METTENT EN EXERGUE DES QUESTIONS SOCIALES ET DES FAITS DIVERS

Les questions sociales et les faits divers occupent une place centrale dans l’édition des quotidiens pour ce vendredi.

L’As soutient que la gratuité annoncée de la prise en charge de l’hémodialyse est “un slogan purement politique”. 
“La prise en charge gratuite des séances de dialyse au Sénégal ne l’est que de nom (…) Derrière la gratuité des séances de dialyse se cache une politique qui ne dit pas son nom”, écrit-il sur la base d’entretiens avec des malades et des responsables d’associations de personnes souffrant d’insuffisance rénale.
Les journaux s’intéressent aussi à la radiation d’un policier qui, selon Le Quotidien, a violé son serment.  “La radiation du policier (…) qui s’est agenouillé, portant les insignes (ceux de la Police), devant Serigne Modou Kara, a été proposée par une commission de discipline de la Police, qui n’a pas du tout [compris] ce comportement”.

“En plus, relève le même journal, il est allé faire son ‘ziar’ (visite de courtoisie rendue à une autorité religieuse) pendant ses heures de travail”.
Tribune annonce l’embauche du policier radié par le patron du groupe Boygues, Bougane Guèye. “Il rejoint (…) Boygues avec le même salaire qu’il avait à la Police”, lit-on dans le journal appartenant au groupe de presse de M. Guèye.  Les quotidiens commentent par ailleurs l’arrestation du “faux prophète” de Kolda (sud). “Arrêté (…) pour actes de pédophilie, il est également accusé de détournement de mineure”, écrit Tribune. 
“L’homme s’était autoproclamé prophète”, affirme Lii Quotidien. Kritik’ dénonce l’”impunité totale” dont aurait bénéficié un prévenu arrêté le 24 décembre dernier pour trafic présumé de stupéfiants. Il a eu l’audace de dire aux enquêteurs que sa libération était imminente. 
“Deux semaines plus tard, c’est chose faite”, ajoute Kritik’, concernant la libération du prévenu bénéficiant d’une “impunité qui met à rude épreuve le moral des enquêteurs”, devant lesquels il s’était présenté comme étant le fils d’un ministre. Sud Quotidien est préoccupé par le “refus de l’Etat de réformer le Conseil supérieur de la magistrature”. Des leaders d’organisations de défense des droits de l’homme interrogés par la même publication dénoncent le “refus” du président de la République de mettre fin à l’immixtion du pouvoir exécutif dans le fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature. L’Observateur raconte la “nouvelle vie” que mènent d’ex-collaborateurs du chef de l’Etat, ministres limogés lors du dernier remaniement du gouvernement, Aly Ngouille Ndiaye, Amadou Ba, Mouhamadou Makhtar Cissé, Oumar Youm et Maxime Jean Simon Ndiaye. 
Les deux cités en dernier lieu sont retournés à l’Inspection générale d’Etat, le corps de contrôle auquel ils appartiennent. Aly Ngouille Ndiaye dit s’occuper de ses champs. 
EnQuête évoque le “mystère” qui enveloppe la disparition de l’étudiante sénégalaise Diary Sow du lycée français Louis-le-Grand.

“Passé le grand émoi des premiers jours, les Sénégalais se posent de plus en plus de questions sur les raisons véritables de cette disparition mystérieuse”, écrit la même publication. La jeune étudiante est portée disparue depuis une dizaine de jours. Le Témoin Quotidien s’intéresse au télétravail, le travail à distance, une pratique encouragée en raison de la pandémie de Covid-19, mais qui “peine à s’imposer au Sénégal”.
S’il ne connaît pas de succès en terre sénégalaise, c’est parce que “ce ne sont pas toutes les entreprises qui peuvent faire du télétravail”, explique au journal l’économiste Meïssa Babou. WalfQuotidien constate, concernant les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur l’économie sénégalaise, que la “présence réduite dans les bureaux et [la] règlementation des horaires des marchés achèvent un secteur déjà à l’agonie”. 
“Les ménages bénéficiaires du programme d’aide alimentaire d’urgence (…) ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité et à la quantité des produits distribués”, écrit Le Soleil sur la base d’une enquête de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).
Selon l’ANSD, 93,8 % des ménages bénéficiaires de cette aide distribuée pour atténuer les conséquences sociales de la pandémie de Covid-19 disent avoir été “très satisfaits” de la qualité des denrées alimentaires reçues, rapporte le même journal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Hausse des cas de Covid-19 : Les visites suspendues jusqu’à nouvel ordre dans les prisons
Next post KAOLACK : LES AUTORITÉS SANS NOUVELLES DE 33 PERSONNES POSITIVES À LA COVID-19