add share buttons
November 30, 2021

Route de Kayar : 3 femmes violées à l’hôtel le Bélier, le gérant grièvement blessé par les agresseurs

Read Time:1 Minute, 24 Second

L’hôtel le Bélier situé sur la route de Kayar a été la cible d’agresseurs dans la nuit du vendredi au samedi. Selon l’épouse du gérant, Y. Mendy que nos confrères ont au joint au téléphone, il s’agit d’un véritable acte de sabotage qui y a été perpétré. « Les agresseurs ont d’abord coupé le compteur électrique et tout l’hôtel était dans le noir. Ils sont entrés dans certaines chambres où il y avait des membres du personnel qui passent la nuit dans la l’hôtel car ils habitent tous à Dakar. Ils ont violé trois femmes, blessant d’autres personnes dont mon mari qui est, au moment où je vous parle, en train de panser ses blessures », rapporte Y. Mendy, la voix alarmante.

Un sabotage et un acte bien mûri

«  L’hôtel le Bélier fait face à un autre hôtel. Et c’est dans cet hôtel que les agresseurs sont allés demander où se trouve le nôtre. Après indication, ils sont partis avant de revenir une heure après pour défoncer la porte de l’hôtel le Bélier et commettre leur acte ignoble. Nous sommes sur la route de Kayar et il y a d’autres hôtels; seul le nôtre a été attaqué. Pourquoi ?”, s’interroge notre la dame au bout du fil.
Autres dommages constatés, presque tout le matériel de l’hôtel a été dérobé. Téléviseurs, climatiseurs entre autres. De l’argent aussi a été soustrait » selon Madame Mendy.
Pour le moment, les agresseurs ne sont pas encore identifiés et ils le seront difficilement, car les caméras de surveillance ne fonctionnaient pas au moment des faits puisque le courant était coupé.

Emédia

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post UN VENT FORT ANNONCÉ SUR DAKAR ET LA PETITE-CÔTE
Next post Dépôt armes en Casamance : “Nous avons écouté et entendu Sonko…” (Mfdc)