add share buttons
June 23, 2021

PRESERVATION DE L’ENVIRONNEMENT : Le Forum civil ‘’arme’’ les journalistes

Le Forum civil mise sur les hommes de médias pour la sauvegarde de l’environnement. Pour y parvenir, il a initié, à leur intention, un atelier pour renforcer leurs capacités sur la réhabilitation des sites d’exploitation minière auSénégal, samedi dernier (5 juin) à l’occasion de la célébration de la journée internationale de l’Environnement.

Un défenseur de l’environnement doit avoir un minimum de ‘’bagages’’ environnementalistes, en l’occurrence connaitre les conventions et lois ratifiées par le Sénégal dans ce domaine : comprendre, le code de l’environnement et le code minier, mais surtout pourvoir reconnaitre une zone polluée et leur degré de pollution pour pouvoir mener les investigations allant dans le sens de dénoncer les actes de dégradations de l’environnement et ainsi arriver à faire payer le ou les pollueurs. Dans le cadre du Projet pour la transparence et la redevabilité (PTR) dans la gestion des ressources publiques, pour la réduction des inégalités,le Forum civil, en collaboration avec Oxfam, a convié les acteurs et professionnels des médias à un atelier de renforcement des capacités dans le suivi environnemental actif en vue d’en faire de véritables acteurs de la préservation et de la gestion durable de l’environnement. ‘’Aujourd’hui, nous avons pris comme prétexte la journée mondiale de l’environnement célébrée le 5 juin pour renforcer les capacités sur la réhabilitation des sites d’exploitation minière au Sénégal parce qu’on s’est rendu compte qu’aujourd’hui, on en parle peu. Certes, on parle de transparence dans la gestion des ressources publiques, mais n’oublions pas que la Constitution du Sénégal dit très clairement que les ressources naturelles appartiennent au peuple. Du moment que ces ressources appartiennent au peuple, il faut impérativement les préserver ; et préserver ces ressources, c’est essayer de voir comment il devrait y avoir une cohabitation entre l’exploitation des hydrocarbures et des mines, l’exploitation également d’autres secteurs comme l’agriculture, la pêche, l’élevage. On s’est rendu compte souvent que les zones d’exploitation minière ne font pas l’objet de réhabilitation, ni de restauration’’, a déclaré le coordonnateur du forum Civil, BirahimSeck

Le formateur de l’atelier, Alioune Badara Paye, par ailleurs secrétaire général adjoint du comité ITIE, est revenu sur les mesures prises par nos gouvernements pour un meilleur suivi environnemental dans le cadre juridique. Des réformes qui ont été faites et continuent à être faites sans réel suivi, un cadre légal clair national et international mais le suivi laisse à désirer, selon le consultant. Au Sénégal, il existe 376 titres miniers actifs avec une grande substance de nos ressources en or, fer, zircon, phosphate entre autres. Cependant, avec toutes les richesses contenues et exploitées dans nos sols, le pays de la ‘’teranga’’ demeure pauvre et très endetté. Il a tenu également à préciser qu’on fait perdre les moyens de subsistance, les moyens de transformations économiques aux citoyens au profit de l’exploitation minière qui ne génère pas assez d’argent comme le ferait le secteur agricole ou bien le secteur de l’élevage.

‘’Transformer de la Deec en agence’’

Pour pallier cela, le coordonnateur a annoncé que le Forum civil et ses partenaires plaident pour la transformation de la Direction de l’Environnement et des Etablissements classés (Deec) en agence afin qu’elle soit dotée de plus de moyens pour jouer pleinement le rôle de défenseur de l’Environnement. ‘’On se rend compte qu’il n’y a pas de structure assez fournie en matériels ou bien en moyens humains ou financiers pour pouvoir faire le travail, c’est pourquoi,  nous, au niveau du forum civil, on s’est dit qu’il est temps de réfléchir pour que la Deec, qui est une direction du ministère de l’Environnement, chargée également au niveau de ses antennes nationales de faire le suivi environnemental, puisse être transformée aujourd’hui en agence nationale des études d’impact environnemental pour que, fondamentalement, qu’elle puisse disposer de moyens humains, de compétence mais également de moyens matériels pour pouvoir faire son travail de façon convenable.Parce qu’aujourd’hui, l’environnement n’est pas uniquement une question de thématique mondiale mais c’est une question d’économie, c’est une question sociale, c’est une question aussi d’écologie’’, a-t-il déclaré.

Kadja TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post CONTRIBUTION: “SOLHAN NE NOUS EST PAS ÉTRANGER !” PAR Dr ABDOURAHMANE DIOUF
Next post El Chapo : L’ascension et la chute de sa femme Emma Coronel Aispuro