Pr. Cheikh Ibrahima Niang, socio-anthropologue : «C’est une partie des décès (Covid-19) qui apparaissent dans les statistiques»

Les décès Covid-19 sont sous-évalués, au Sénégal. C’est la conviction du socio-anthropologue le professeur Cheikh Ibrahima Niang qui collabore avec le centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous) dans le cadre de la riposte contre la Covid-19. 
Invité de l’émission «Objection» ce dimanche sur Sud Fm, le Pr. Niang souligne : «C’est une partie des décès qui apparaissent dans les statistiques.»
Mais toujours est-il que, confie-t-il, «les cimetières reçoivent énormément de monde, les embouteillages de corbillards… donc, révélateur de cette réalité. Dans les familles, vous allez voir des morts qui se succèdent : le père de famille qui meurt, quelques jours après sa femme ; quelques jours après c’est sa fille qui prenait soin d’eux.» 
Selon lui, face à cette mortalité assez forte, il faut apporter une réponse sociale qui sera de réduire la dimension des funérailles, pour freiner la propagation du virus et la multiplication des décès. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Baccalauréat au Sénégal : « Une peine perdue », selon des sociologues
Next post 115 décès, positivité en baisse, 1 million de personnes vaccinés… le point de la semaine