add share buttons
October 27, 2021

Les zambiens dans l’attente des résultats de la présidentielle

Read Time:1 Minute, 9 Second

Des Zambiens choisissaient jeudi leur président pour les 5 prochaines années. Un scrutin sur fond difficultés économiques et de tension politique.

Signe de climat délétère, la restriction d’accès à Internet et la coupure des réseaux sociaux en fin d’après-midi.

Candidat à sa propre succession, Edgar Lungu au sortir de son bureau de vote a décidé de savourer sa victoire avant l’heure.

Nous sommes en train de gagner, c’est ma réaction, nous sommes en train de gagner. Sinon, je n’aurais pas été dans la course si nous ne sommes pas en train de gagner. Nous sommes une équipe qui gagne.“, a déclaré le président sortant.

Son principal rival a pour nom, Hakainde Hichilema 59 ans. C’est sa sixième tentative. L’éternel second des présidentielles était plutôt confiant jeudi après son vote.

Nous pouvons changer de gouvernement, nous y croyons, il y aura un changement de gouvernement, nous y croyons, nous sommes confiants, alors nous commencerons le travail difficile et nous le ferons pour ce peuple.”, a affirmé l’opposant.

Current Time 0:00
Duration 1:33
Loaded: 6.47%

0

Les zambiens dans l’attente des résultats de la présidentielle

  • Algérie : des incendies font des centaines de sans-abriLogo de Euronews
  • Arrêt sur images du 11 août 2021Logo de Euronews
  • La Libye inaugure son plus grand centre de vaccinationLogo de Euronews

L’élection pourrait être plus serrée qu’en 2016, quand il avait perdu d’un peu plus de 100.000 voix. Le secret des urnes est attendu au dimanche.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Lutte contre la cybercriminalité : 23 Nigérians arrêtés à Mbao par la police
Next post Afghanistan: l’UE menace les talibans d’«isolement» s’ils prennent le pouvoir par la force