Le Ghana, entre addiction au plastique et innovations dans le recyclage

Le pays d’Afrique de l’Ouest, qui compte 30 millions d’habitants, produit quelque 3 000 tonnes de déchets plastiques chaque jour, dont seulement 3 % sont recyclés.

Avril 2017. Quelques mois après son arrivée au pouvoir, le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, déclare vouloir faire d’Accra « la ville la plus propre d’Afrique » avant la fin de son premier mandat, en décembre 2020. Trois ans plus tard, les déchets plastiques continuent de joncher les plages de la capitale ghanéenne, et des bouteilles s’empilent à Labadi Beach, un lieu apprécié des Ghanéens le dimanche.

Alors que les poubelles se font encore rares dans les rues d’Accra, les égouts sont remplis de « pure water », des sachets en plastique de 500 ml d’eau, qui se vendent 20 pesewas (3 centimes d’euro). Dans les nombreux restaurants du pays, qui vendent à manger sur le pouce, les plats à emporter sont proposés dans des emballages et avec des couverts en plastique. Le Ghana, pays d’Afrique de l’Ouest de 30 millions d’habitants, produit chaque jour quelque 3 000 tonnes de déchets plastiques.

« Mais seulement 3 % sont recyclés », se plaint Yougbare Ibrahim, membre du National Plastic Waste Recyclers Association, un syndicat regroupant des entreprises spécialisées dans le recyclage du plastique, même s’il constate une récente prise de conscience. « Nous avons désormais une cinquantaine de membres, avec une forte augmentation ces dernières années », poursuit-il.

Du pneu au carburant

Parmi eux, Netplast, fondée en janvier 2013, qui recycle les sachets en plastique pour en faire des pavés pour les routes. « Nous sommes aujourd’hui en capacité d’en recycler plus d’une tonne par jour », s’enorgueillit Nelson Boateng, le fondateur de la société. En mixant des sachets en plastique avec 20 % de sable, l’entreprise est capable de produire des pavés plus résistants que le béton. Autre avantage de cette innovation : le coût. Chaque pavé est vendu environ 1 dollar (0,88 euro), soit environ 50 centimes de moins qu’un pavé classique.

leMonde.fr

Previous post Covid-19 : Le Sénégal, 2e pays le plus mortel en Afrique de l’Ouest
Next post Beyrouth : Ce que l’on sait des explosions au Liban