add share buttons
October 19, 2021

JOURNEE MONDIALE DE LA COUCHE D’OZONE : Les acteurs du secteur froid se mobilisent pour l’élimination du fléau

Read Time:1 Minute, 48 Second

La Journée internationale de la protection de la couche d’ozone (Jmo) est célébrée, ce samedi, à Dakar et dans les autres régions du Sénégal. Les spécialistes ont insisté sur la nécessité d’intensifier la sensibilisation afin d’amener la masse à prendre conscience des effets négatifs sur la couche d’ozone et des impacts nocifs sur la santé humaine. En effet, l’ozone s’appauvrit lorsque l’équilibre naturel entre sa production et sa destruction dans la stratosphère est perturbé en faveur de sa destruction. Les activités humaines sont le principal facteur responsable de la perturbation de cet équilibre naturel, principalement à cause des émissions dans l’atmosphère de produits chimiques de synthèse connus sous le nom de substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO). Il s’agit de substances stables qui ne sont pas décomposées dans la basse atmosphère et qui contiennent du chlore et/ou du brome. Avec comme thème «Gardons l’espoir et poursuivons nos efforts dans le protocole de Montréal», Jmo 2018 est l’occasion saisie par les acteurs du secteur froid pour sonner la cloche d’alarme et appeler à la mobilisation pour éliminer le fléau. Pour Cheikh Ndiaye Sylla conseiller technique environnement à la primature, le thème proposé cette année montre que les activités menées depuis la mise en œuvre du Protocole doivent se poursuivre pour permettre l’atteinte des objectifs fixés. «Le changement de technologies doit aider à maintenir les acquis obtenus sur la chaine de froid et la climatisation et que a recherche sur les substances alternatives adaptées permettant de protéger la couche d’ozone et n’impactant pas le climat doit continuer » argue-t-il. Le représentant des frigoristes, Moussa Diop, a soutenu que «les acteurs du secteur froid mise sur la formation, l’information et la sensibilisation pour éliminer les substances appauvrissant la couche d’ozone». Selon lui, c’est en agissant ainsi, que les acteurs du froid pourront respecter le protocole de de Montréal qui a pour objectif de réduire la production de la consommation des substances nocives à la couche d’ozone, notamment les chlorofluorocarbones (CFC), les halocarbures et les hydro-chlorofluorocarbures (HCFC), en réduisant leur quantité dans l’atmosphère.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post EXPLOITATION DE PETROLE ET DE GAZ : Environnementalistes et pétroliers accordent leur violon pour une meilleure l’évaluation environnemen
Next post LYON : La métropole s’engale à ne plus financer les énergies fossiles