add share buttons
October 19, 2021

HOMOSEXUALITE : Mbour dit non

Read Time:3 Minute, 8 Second

Les populations de la ville de Mbour se sont réunies ce dimanche pour dire non l’homosexualité. Ce 23 mai à l’image des autres villes du Sénégal, les mbourois se sont retrouvé à la grande  Mosquée pour la criminaliser de cette pratique contre nature.

L’homosexualité est une abomination aux yeux d’Allah et c’est une pratique contre nature bannie par la culture au Sénégal et par la religion. Constatant que cet acte gagne de plus en plus du terrain les religieux, hommes coutumiers et religieux se sont réunis pour manifester contre la légalisation d’un tel péché jugé comme l’un des plus grands. Devant une foule nombreuse, les orateurs se sont succédés sur le podium et ont soutenu le même discours: «non à l’homosexualité». Pour montrer leur détermination, des centaines de manifestants y compris les femmes y ont pris part. Pour Ndeye Penda Lo, cette pratique ne doit pas être légalisée au Sénégal. Mieux demande-t-elle, il faut une loi la criminalisant pour décourager  une minorité quasi inexistante qui fait de l’abomination leur quotidien de vivre. «Je suis une femme mais ce combat n’est pas une affaire de sexe. C’est un combat qui doit impliquer tout le monde car personne n’est à l’abri. Nous devons combattre cette pratique sur toute sa forme car elle n’est ni conforme à la religion ni à notre culture» soutient la dame. Très engagée dans le combat,  du moment que la manifestation a été lancée, elle s’est investie pour faire le tour de la ville afin d’organiser une quête pour les frais d’organisation. «J’ai fait le tour de plusieurs gares routières. Je faisais une quête pour prise en charge des frais d’organisation. Le constat que j’ai fait est que  la totalité des personnes que j’ai rencontré, ont adhéré au combat. C’est pourquoi, elles ont déboursé de l’argent sans peine pour donner leur participation » ajoute la dame. Quant au coordonnateur  du mouvement and sam djiko yi, la criminalisation reste la solution. «Nous lançons un appel à nos gouvernants pour leur dire que le peuple n’est pas d’accord de cette pratique qui l’un des plus grands péchés » a soutenu  Bouchra Wade. Mieux, les membres de and sam djiko yi sont convaincus que l’actuel régime a un agenda caché et compte le dérouler d’ici 2026. De ce fait pour éviter de heurter la conscience du peuple qui est ferme, les tenants du régime déclarent à tout bout de champs qu’ils sont contre l’homosexualité mais sur en réalité, non seulement ils encouragent cette pratique mais ils veulent la légaliser car ils posent des actes d’une manière progressive. «Nous savons que le gouvernement a un agenda caché et l’objectif est la légalisation de l’homosexualité d’ici 2026. Ils ont commencé par vouloir introduire ce programme dans les écoles afin de pervertir les jeunes. Ces gens sont dangereux, leurs déclarations ne sont pas conformes à leurs actes. Ce combat doit rester pacifique et il incombe toutes les confréries et les religions. D’ailleurs je dois préciser aussi bien que les responsables musulmanes, les chrétiens ont signé la pétition» soutient Bouchara Wade. Pour Omar Koté, membre du mouvement au nom de la démocratie on ne peut pas nous imposer ce qui n’est ni conforme à nos valeurs, coutumes et us, ni à la religion. «Le combat pour la criminalisation de l’homosexuel est un combat noble, nous ne pouvons pas et ne devons pas croiser les bras face à des personnes qui veulent pervertir les générations futures» a pesté Omar Koté.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post 25000 TESTS DE COVID 19 PERIMES : Les techniciens de Labos exigent une lumière et dénoncent la précarité dans leur secteur
Next post Une femme, plusieurs maris : Le gouvernement sud-africain souhaite une légalisation