add share buttons
June 19, 2021

GESTION DES DECHETS DANGEREUX : Le Sénégal vers l’élaboration d’un cadre juridique

Au Sénégal, la gestion des déchets dangereux au souffre d’une insuffisante spécification. Les textes qui s’y appliquent sont épars et insuffisamment suivis, ses principaux acteurs ne disposent pas de ressources suffisantes. Des éléments cruciaux tels les conditions de stockage et d’élimination, d’exportation et d’importation de ces déchets sont insuffisamment encadrés. Conscient de ces manquements, le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable à travers la Direction de l’Environnement et des Etablissements classés (DEEC) avec l’appui financiers et techniques de l’ONUDI compte élaborer cadre juridique «cohérent » pour une bonne gestion des déchets dangereux. Cette initiative a fait l’objet d’un atelier de validation et de partage de l’avant-projet de loi sur les déchets dangereux au Sénégal, ce mardi. Selon, le conseiller juridique au ministère de l’Environnement et du Développement durable, Boniface Cacheu, sans avancer de date.
«Le texte va s’efforcer de régler un problème consistant à réduire les polluants organiques persistants (POP), car le cadre juridique est marqué par son caractère incomplet et épars». D’après lui, ce document a pour principal ambition de réduire les émissions de polluants organiques persistants (POP) dans les villes de Tivaouane et Ziguinchor (PRODEMUD), dans le cadre d’un projet de gestion écologiquement rationnelle des déchets solides municipaux et dangereux. «Nous devons avoir un texte disponible et examiner ensemble les déchets dangereux. Car, si on parle des déchets biomédicaux, le ministère de la Santé est compétent. S’il s’agit de déchets électriques et des équipements, l’ADIE les gère», déclare le conseiller juridique. Pour M.Cacheu, avec le nouveau cadre juridique en question, les différentes compétences seront reconnues et confirmées parce que le texte va prévoir un manuel des descriptions techniques qui devrait être élaboré par les ministères techniques responsables des activités génératrices de ces déchets. Il indique par ailleurs que «ces manuels, sont prévus pour chaque catégorie de déchets. Cela fera que l’on va respecter l’organisation de l’équipe gouvernementale en reconnaissant et en confirmant les compétences de chacun des ministères concernés par cette problématique».Pour sa part, le représentant de l’ONUDI a soutenu que son structure appui le Sénégal à renforcer son cadre institutionnel sur la gestion des déchets dangereux à travers le projet de gestion écologiquement rationnel des déchets solides municipaux et déchets dangereux (PRODEMUD).« Ce projet est en parfaite adéquation avec la mission de l’ONUDI qui est d’aider les États Membre à parvenir à un développement industriel inclusif et durable » dit-il. Avant d’ajouter que :« Cet avant-projet de loi promeut la gestion écologiquement rationnelle des déchets dangereux à travers les Meilleures Techniques Disponibles (MTD) et les Meilleures Pratiques Environnementales (MPE) », conformément aux Conventions internationales.
Paule Kadja TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post DIAMNIADIO : Macky Sall interdit l’attribution des terres
Next post DON DE SANG : Les travailleurs de la SICAP renforcement la banque de sang