add share buttons
June 22, 2021

EXPLICATIONS ET HISTOIRES D’ÉVASIONS

Son nom est sur toutes les lèvres. Son évasion spectaculaire et mystérieuse est devenu le sujet le plus discuté du pays. Mais, la fuite de Baye Modou Fall alias Boy Djinné est une affaire qui repose sur la table les cas d’évasion qui sont souvent notés dans les lieux de privation de liberté.
Ce phénomène, selon des acteurs avertis des maisons d’arrêt et de correction est dû aux longues détentions préventives des prisonniers, au surpeuplement carcéral ainsi qu’aux difficiles conditions de vie des détenus. Cet ancien magistrat, sous le couvert de l’anonymat interrogé sur la question, ne passe pas par quatre chemins pour souligner que souvent, les difficiles conditions de vie des prisonniers et les longues détentions préventives des détenus sont à l’origine des cas d’évasion dans les prisons.
Pourquoi les détenus s’évadent de prisonLa personne arrêtée à tendance à vouloir sortir de prison. Et, le surpeuplement des prisons et les difficiles conditions de vie des détenus constituent un terreau fertile pour s’évader de prison », a-t-il soutenu, tout en soutenant que l’État du Sénégal doit revoir sa politique dans les prisons du pays.Agent pénitentiaire en retraite, Wally Mbodji abonde dans le même sens. Selon lui, plusieurs raisons peuvent justifier les évasions mais celle principale est, à son avis, le surpeuplement dans les maisons d’arrêt. Et, à son avis, tant que les détenus ne sont pas jugés et fixés sur leur sort, il y aura toujours des évasions. ” Parfois ce sont les longues détention et le désespoir qui font que certains détenus préfèrent s’enfuir que de rester en prison. Quand le détenu sait qu’il peut être réprimé sévèrement, il n’a aucun envie de rester en prison”, a expliqué Wally Mbodji.
En revanche, pense que les évasions et les tentatives d’évasion ne doivent pas, chaque jour, être imputées aux gardes des prisons. “Il y a certes des gardes qui peuvent faillir à leur mission en aidant un détenu à s’évader.Longue détention, surpeuplement carcéral, difficiles conditions de vieD’un autre côté, il y a aussi des détenus ingénieux qui maîtrisent l’art et la psychologie pour détourner le regard des gardes sur eux et les rouages pour s’enfuir. Il replonge dans ses souvenirs pour évoquer les noms de grands évadés de prisons qui, d’après lui, ont été plus futés que Boy Djinné. Il se souvient des détenus Alassane Samba Thiam et Jorge Traoré qui, rappelle-t-il, avaient fait 15 ans derrière les barreaux sans être jugés.
Aussi, il y a l’évasion de Bouba Chinois, Moussa Bambara, Mansour psychologue. ” Ces derniers étaient parvenus à droguer le garde qui était en faction avant de le balancer au bas des rochers. Ils ont ensuite escaladé le mur de la prison avant de s’en prendre à un couple qui était à bord d’un véhicule. Ils les ont extirpés de la voiture qu’ils ont pris avant de démarrer en trombe. Heureusement qu’ils ont été vite arrêtés.
Il y a également le défunt Ino. Ce dernier s’était évadé de prison parce qu’il n’avait aucune chance de s’en sortir” se souvient l’agent pénitentiaire à la retraite qui plaide pour un recrutement massif des gardes de prisons. Pour lui, ces manquements doivent être comblés pour éviter le pire.
Last but not least, il y a la série incroyable de la douzaine d’évasions réussies par Baye Modou Fall alias Boy Djinné, dont la dernière en date, opérée au quartier haute sécurité du Camp pénal de Liberté 6, est la plus ahurissante. Et 72 heures après sa fuite et près de 48 heures après qu’il a narguées autorités judiciaires par une interview à visage découvert à la télé, le célèbre Boy Djinné est toujours recherché.

Emedias

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Levée du corps des agents de Leral : La presse mobilisée aux côtés des familles éplorées
Next post Elections locales: Le PDS affûte ses armes