add share buttons
September 18, 2021

Diary Sow, l’étudiante sénégalaise qui avait disparu l’an dernier, publie un roman sur son expérience

Après la poudre d’escampette, la plume. Diary Sow, l’étudiante sénégalaise dont la disparition inexpliquée à Paris avait inquiété son pays l’année dernière, va publier un roman inspiré de son histoire, a annoncé vendredi l’éditeur Robert Laffont. À paraître le 4 novembre, son livre – intitulé Je pars – devrait raconter, selon l’éditeur, “sur fond de drames familiaux, le destin d’une jeune fille à la recherche d’elle-même”. Entre l’autofiction et le témoignage, l’ouvrage prendra quelques libertés avec la réalité en mettant en scène une héroïne du nom de Coura, qui s’embarque pour Amsterdam en laissant Paris derrière elle.
Étudiante en deuxième année de classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand, l’une des filières les plus prestigieuses de France, Diary Sow, 20 ans, avait manqué, la reprise des cours le 4 janvier 2020, à la grande surprise de ses proches. Une enquête avait été ouverte par la police française pour “disparition inquiétante”, puis refermée quand la jeune femme avait fait sa réapparition au Sénégal en février, après plus d’un mois de mystère et de spéculations dans les médias. “Ceux qui cherchent une explication rationnelle à mon acte seront déçus, puisqu’il n’en a aucune”, avait-elle fait savoir dans un message envoyé à un proche le 21 janvier 2020, en évoquant “une sorte de répit salutaire dans ma vie”.
Diary Sow était connue dans son pays, avant même sa disparition, comme l’auteur d’un premier roman, Sous le visage d’un ange (L’Harmattan), paru en janvier 2020. Elle y racontait les aventures d’une jeune fugueuse, “femme-enfant à la soif de vivre importante” tiraillée entre traditions et modernité. Passionnée de sciences physiques et de mathématiques, elle avait obtenu par deux fois, en 2018 et 2019, le titre prestigieux de “meilleure élève du Sénégal”.

Lefigaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Vaccin aux enseignants : La dose polémique de Diouf Sarr
Next post HOMOLOGATION DES PRIX : AMINATA ASSOME DIATTA MET À CONTRIBUTION LES CHEFS DE QUARTIER