add share buttons
June 23, 2021

Derniers jours du ramadan : L’heure des vendeurs d’habits et de chaussures

L’envie des femmes de se faire belles, le jour de la fête de Korité, fait les affaires des vendeurs d’habits du marché HLM et des marchands de chaussures de Liberté 6.

Gnagna Sow a la mine toute heureuse en ces derniers jours du mois béni de ramadan. Cette vendeuse de tissus du marché HLM, trouvée assise devant son magasin, savoure ces moments car son business marche à merveille. Comme sur des roulettes. “Depuis trois jours, je gagne bien de l’argent, car je parviens à vendre des dizaines de mètres de tissus par jours. Des tissus de tous les types que j’ai ici dans ma boutique’’, sourit-elle au milieu de ses deux employés et à côté d’une table remplie d’habits de tous genres et de toutes les couleurs. Cette mère de famille d’une quarantaine d’années est aux anges avec ses gains qui ont sensiblement augmenté. ‘’Ça fait longtemps que je n’ai pas vendu une aussi grande quantité de tissus. Cela est dû à la fin du mois car, actuellement, presque tous les salaires sont tombés, à la différence des années précédentes où la fête se faisait en milieu du mois. Donc la population sénégalaise va bien faire la fête’’, estime-t-elle.

Cette commerçante, elle, commence déjà à la faire avec ses affaires qui fleurissent. Ça se ressent même à travers ses faits et gestes, sa bonne humeur. D’ailleurs sa mine de fierté et de joie laisse sa voix résonner tout haut. Elle ne peut d’ailleurs être confondue aux  bruits des clients, des commerçants. Parce que, ici,  au grand marché des HLM, les ruelles sont bondées de monde. L’affluence des clients est indescriptible. “Aujourd’hui, j’ai vendu à beaucoup de personnes des habits pour la Korité et de même que pour la Tabaski. Car beaucoup de gens pensent qu’il est plus facile d’acheter tout d’un coup et passer à autres choses car quoi qu’il soit, ils vont encore acheter pour la Tabaski. C’est pour cette raison qu’ils jugent nécessaire de tout payer en même temps’’, explique-t-elle.

Pour pouvoir satisfaire tout le monde et faire face à la demande, madame Sow a réaménagé ses horaires de travail. ‘’Depuis trois jours, j’ouvre ma boutique de 09 heures à 22 heures car la clientèle vient en masse ces temps ci”, souligne-t-elle.

‘’Je peux vendre de 15 à 20 paires’’

C’est la même ambiance au rond-point Liberté 6. Ici également, la fête s’annonce bien pour les marchands installés à ce coin de la capitale sénégalaise. A l’instar de Bass Ngom. Ce jeune homme âgé d’une trentaine d’années environ étale sa marchandise avec tout le soin qui sied. Des chaussures neuves et de tous modèles qui attirent tout passant. Trouvé en train de discuter avec une jeune cliente tombée sous le charme, Ngom affirme : ‘’En cette période, je gagne bien sa vie. Actuellement, je peux vendre de 15 à 20 paires de chaussures par jour. Et je pense que, dans les jours à venir, je vendrai encore plus car la clientèle est plus nombreuse les trois derniers jours avant la fête. C’est à dire qu’ils achètent des chaussures après avoir confectionné des habits pour voir quelles sont celles qui vont s’accommoder leurs tenues’’.

Avec cette bonne affaire du moment, Bass Ngom est en train d’oublier sa mauvaise passe. Il confie avoir beaucoup souffert pendant les premiers jours du ramadan. ‘’Je ne voyais presque pas de client. Je pouvais rester toute une journée sans rien vendre, surtout dans la première quinzaine du mois de ramadan. Mais actuellement, avec la fête qui se prépare, la tendance a changé. Je peux rattraper tout ce dont j’avais perdu’’, estime-t-il. Comme Gnagna Sow, Bass Ngom va passer une korité sans stress. Car c’est déjà la fête chez eux !

LeMandat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post BANQUE MONDIALE : Anne-Lucie Lefebvre, nouvelle Représentante résidente en Guinée-Bissau
Next post MEDIAS : Une association de journalistes sur le genre portée sur les fonts baptismaux