add share buttons
June 22, 2021

Cultiver la divergence pour éviter le radicalisme des jeunes musulmans

Les jeunes sont de plus en plus les cibles des extrémistes qui profitent de leur ignorance et leur désœuvrement pour les enrôler. Pour mettre fin à l’obscurantisme, des jeunes proposent une meilleure vulgarisation des valeurs prônées par l’islam, mais aussi réinterpréter certains textes qui sont dépassés. Ils sont issus de différents pays et prennent part à la conférence internationale sur l’unité islamique en Arabie Saoudite.

Aminu Dalhatu est jeune venu du Nigéria où il est assistant parlementaire dans l’un des pays les plus touchés par l’extrémisme religieux. Pour lui il faut vulgariser les valeurs de l’Islam qui est une religion de paix, de dialogue et de tolérance et qui n’a jamais préconisé la violence envers des non musulmans. « Dans cette conférence on essaie de démontrer aux groupes terroristes que l’islam est une religion de paix et n’a jamais recommandé de tuer qui que ce soit parce qu’il est d’une autre religion » déclare-t-il avant d’ajouter qu’il a bon espoir que les recommandations d’une telle conférence vont contribuer à changer les choses dans le monde et surtout au Nigéria.

L’avancées de l’extrémiste chez certains jeunes s’expliquent par le fait que certains textes islamiques sont très souvent mal interprétés par des extrémistes religieux qui se présentent comme des combattants de l’Islam. C’est le point de vue du Dr Ahmad Nahoui de la Mauritanie qui propose une révision des textes islamique pour les adapter à la modernité. Pour ce doctorant chercheur à l’Université Mouhamed 5 du Maroc, les Imams doivent adresser aux jeunes un discours réactualisé afin qu’ils s’intéressent et comprennent le message pour éviter la radicalisation devenue un fléau qui gangrène l’islam.

Dans communication leDr Salah Hakimi enseignant à l’Université d’Alger où il est égalementavocat auprès du Grand Tribunal de l’Assemblée Nationale a fait despropositions pour éviter la radicalisation des jeunes musulmans.Selon lui il faut apprendre aux jeunes dés le bas âge à accepter lesdivergences qui existent dans la manière de voir les choses notamment au planreligieux. Et cela doit se faire à travers l’école, mais aussi des voyages quivont leur permettre d’être en contact avec des jeunes non musulmans afind’apprendre à accepter des opinions divergentes. Le Dr Hakim conclut quel’islam est une religion qui respecte toute différence, mais le toutdans lerespectant du Coran et de la Sounah.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post CHEIKH ABOUBACR FOFANA : PRESIDENT DU CONSEIL SUPERIEUR DES IMAMS DE LA COTE D’IVOIRE : « On doit aller vers un cadre de concertation des Oulémas africains pour défendre l’Islam »
Next post Le Dr Salah Hakimi enseigne à l’Université d’Alger où il est également avocat auprès du Grand Tribunal de l’Assemblée Nationale. Il fait des propositions pour éviter la radicalisation des jeunes musulmans: