Confiner ou ne pas confiner: la réponse Mimi Touré

A l’heure où la 3ème vague tue de plus en plus et sature la capacité d’accueil de nos hôpitaux, beaucoup de sénégalais craignent un retour du confinement nocturne. Mimi Touré, qui était l’invité du «Grand Jury», ne pense pas que l’Etat doit suivre les pays qui ont institué ces types de restrictions. Elle explique pourquoi.

«Non. Parce que nous n’avons pas le même contexte. Lorsque vous avez une économie à 90% informelle (les tailleurs, les vendeurs au marché etc.) le confinement est tenable économiquement. Parce que beaucoup de nos concitoyens doivent travailler et gagner leur vie jour après jour. Ils n’ont pas une dépense quotidienne sur une semaine.

Néanmoins, on peut prendre ces mesures-là :  rien ne nous empêche de faire des campagnes de masque dans les marchés, de réorganiser nos marchés de sorte qu’on ait la distanciation, avoir un système où on se lave les mains et surtout qu’on puisse vacciner ceux qui doivent se vacciner.

Donc chaque pays a son contexte particulier. Mais à mon avis, le confinement n’est pas l’unique solution. A un moment il fallait le faire. On ne l’avait pas fait, on se serait, peut être retrouvés dans la situation de la Tunisie. Donc en fonction du  contexte on doit pouvoir adapter.»

Igfm

Previous post AG FSF : les 23 membres du Comité Exécutif connus
Next post Immigration Clandestine-HSF : Des Sénégalais en détresse à Agadès sollicitent l’aide des autorités Étatiques