add share buttons
June 23, 2021

ACCES A L’EAU ET L’ASSAINISSEMENT : Le POSCEA-S se mobilise pour l’atteinte des ODD 6

L’accès à l’eau potable et à l’assainissement a été reconnu comme un droit humain par l’Assemblée générale des Nations unies en 2010, cependant, cette problématique continue à rester préoccupante pour les pays en développement notamment en Afrique Subsaharienne. D’ailleurs, le joint monitoring programme 2017 note que 76% de la population ne dispose pas d’une alimentation en eau domestique tendis que 72% de cette population n’est pas équipées d’installations sanitaires élémentaires. Ce qui constitue une situation alarmante. Au Sénégal, malgré, de la prise en compte de l’Odd 6 sur l’eau et l’assainissement parmi les priorités nationales, des manquements sur la qualité du service sont notés dans certaines zones du pays. En effet, selon le président d’Enda Eau Vive, Fodé Camara qui faisait face à la presse, ce mercredi dans le cadre de la cérémonie de lancement le Plateforme des Osc Eau et Assainissement du Sénégal (POSCEA-S), dans les zones urbaines, la continuité du service 24/24 n’est pas effective dans beaucoup de quartiers où bons nombres de ménages éprouvent encore des difficultés pour disposer du liquide précieux en permanence. En milieu rural, la qualité de l’eau reste un défi majeur. Plus de 1 million 62 mille personnes sont exposés à des teneurs en fluor et sel supérieures aux normes de l’Organisation mondiale de la santé. Toutefois ajoute-t-il « face à ces défis, la société civile a un rôle essentiel à jouer afin que les politiques publiques pour le secteur de l’assainissement soient mies en œuvre de manière opérationnelle, équitable et pérenne, en vue de l’atteinte de l’objectif de développement durable lié à l’eau (ODD6)». Ainsi, le POSCEA-S se veut un espace de concertation, de mobilisation, d’anticipation, de proposition, de plaidoyer et de mise en cohérence des actions des organisations de la société civile membres pour une contribution efficace et efficiente à la gouvernance du secteur de l’eau et de l’assainissement. Abondant dans le même sens, le coordonnateur thématique Eau et Assainissement EPAQ Sénégal, Babacar Guéye dira que «Il est nécessaire qu’un véritable contrôle citoyen s’exerce. Les organisations de la société civile ne doivent pas seulement être consultées ou donner leurs avis sur des décisions importantes. Elles doivent assurer une veille de la mise en œuvre des politiques d’eau et d’assainissement». Pour lui «Il est également attendu des Osc de porter des actions de plaidoyer notamment pour un accroissement des budgets nationaux pour le secteur et le respect des critères et principes du droit humain à l’eau potable et à l’assainissement à tous les niveaux».
Paule Kadja TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post PREPARATION COP 24 : La délégation sénégalaise harmonise sa partition
Next post Elections en RDC : Fayulu accuse le pouvoir d’entraver sa campagne