Serigne Mbor Mbaye: « Adji Sarr est devenue notre ‘’ndeup national’’

A ce moment crucial de l’affaire de viol opposant Adji Sarr à Ousmane Sonko, la jeune masseuse devrait bénéficier aujourd’hui d’une assistance psychologique, selon le psychologue Serigne Mor Mbaye qui parle d’une victime ‘’revictimisée’’ d’une situation dont les politiques se sont emparés » pour certainement régler leurs comptes. Par ailleurs, le psychologue-clinicien s’indigne de la façon dont cette affaire de viol opposant cette jeune fille de 20 ans, masseuse au salon « Sweet Beauty », au leader du Pastef Ousmane Sonko, a été traitée.

Elle est devenue tristement célèbre pour la rocambolesque histoire de viols répétitifs dont elle se prétend victime de la part de l’opposant Ousmane Sonko. Adji Sarr, masseuse travaillant dans le salon de massage « Sweet beauty » s’est adressée à nos compatriotes par l’entremise d’un site d’informations pour donner sa version des faits sur cette affaire de mœurs qui l’oppose au leader de l’opposition Ousmane Sonko. Visiblement, elle n’est pas arrivée à convaincre nos compatriotes de la réalité de ces viols qu’elle prétend avoir subis ! Du moins, si on se fie aux commentaires qui ont suivi son interview, et qui ont émis la thèse d’une théâtralisation d’un complot. Des commentaires qui ont abreuvé la masseuse d’injures et portant des jugements de valeur négatifs sur sa personne…

La prétendue violée n’a, en fait, bénéficié d’aucune empathie à la suite de sa sortie médiatique de mercredi. Presque tout le monde a parlé d’une mise en scène burlesque, d’un manque de respect à l’endroit des médiateurs et autres chefs religieux qui ont prôné l’apaisement à la suite des douloureux événements du début de ce mois. Des événements ayant entraîné une quinzaine de morts dont elle, Adji Sarr, est la responsable indirecte pour avoir failli permettre, suite à sa plainte devant la justice, de jeter en prison un opposant très gênant pour le président de la République. Pourtant, cette sortie semble donner du baume à cette pauvre fille qui continue de subir un lynchage sur les réseaux sociaux. Une sortie médiatique qui lui a, semble-t-il, au moins, permis de faire une digression pour parler de sa privation de liberté depuis un bon bout de temps au moment où Sonko — ce sont ses termes —, est aujourd’hui libre de tout mouvement. Elle est même allée jusqu’à inviter son supposé « violeur » à mettre la main sur le Saint Coran, et jurer n’avoir jamais entretenu des rapports sexuels avec elle. « Si Sonko le fait, je retire ma plainte.

Advienne que pourra », a-t-elle dit. Une chose est sûre : beaucoup de gens disent avoir décelé des failles, des incohérences et des zones d’ombres dans la communication de Adji Sarr. Certains sont allés jusqu’à soutenir que son cas relève de la psychanalyse voire de la psychiatrie ! Pour dire que la pauvre fille ne bénéficie toujours pas de la clémence de ceux qui refusent de croire à cette affaire, malgré sa version des faits. Et bien que, aussi, elle semble un peu désemparée. Les nombreux morts qu’elle a sur la conscience ? N’aurait-elle pas aujourd’hui besoin d’une « assistance psychologique » ? « Une assistance psychologique, c’est une évidence », estime effectivement le psychologue Serigne Mor Mbaye. « Elle est otage d’une situation où, au-delà de ce qui peut  lui arriver,  elle est lynchée quotidiennement. Elle va en avoir des séquelles éternellement. C’est le côté horrible de cette affaire. Je suis dans la souffrance lorsque j’observe cette fille qui est aujourd’hui entre la souffrance et la souffre-errance. Et surtout comment elle est actuellement désignée à la vindicte populaire comme un bœuf du sacrifice. Pour un enfant, c’est  une  lourdeur.  Cela  va  profondément peser sur sa vie. Elle est otage d’une chose. On aurait pu mieux faire pour assurer sa protection. Elle a 20 ans. 20 ans dans une trajectoire de vie avec beaucoup de souffrances. Le deuil d’une mère surtout. Elle est également dans une mobilité extraordinaire… Ce qui la confine dans une situation éventuelle de maltraitance.  Nous  ne  pouvons  pas  être  fiers qu’une  telle  situation  soit  traitée  de  cette façon,  surtout  avec  la  démarche  utilisée. Alors qu’elle n’y est peut-être pour rien. Ou qu’elle a été victime de manipulation. Cela va de soi ? Cela ne veut pas dire aussi que le viol n’y est pas. Tout ça, c’est lamentable».

Related posts

Leave a Comment