En union de paix pour le Sénégal

Le 8 Mars, journée internationale des femmes. C’est l’occasion pour moi de m’adresser à toutes et à tous nos compatriotes qu’ils vivent au Sénégal ou à l’étranger. Je m’adresse aussi aux hôtes étrangers qui vivent parmi nous.

En ma qualité de femme, d’épouse, de mère, de sœur et de fille, je m’avance vers vous et vous tend une main fraternelle. 
Ensemble, pleurons la perte de nos enfants, nos espoirs, partis à la fleur de l’âge, victimes des événements douloureux de ces derniers jours. 
Que Dieu renforce le cœur des parents que nous sommes, apaise nos colères afin que nous puissions nous accorder un pardon mutuel. Le moment appelle à l’apaisement. Agissons avec sérénité! Soyons au chevet de nos blessés et apportons-leur notre assistance. Ils sont  nos enfants, nos frères, nos sœurs.

A ceux qui sont encore entre les mains de la justice, en ces douloureuses circonstances, je demande d’être endurants, patients, et  de revenir à la raison; sans garder rancune.

A ceux qui rendent la justice, qu’ils sachent que la justice est la mère qui accueille dans ses bras son enfant égaré, le rassure, lui demande la cause de son mal, le corrige et le rétablit dans ses droits. Quand la mère est partisane, la cohésion ne peut exister dans la famille.

Le Sénégal est un héritage que nous avons reçu des anciens. Cet héritage de renommée extraordinaire nous rend fier. Nous devons le transmettre à notre tour à nos enfants. Œuvrons tous à la préservation de notre exception sénégalaise et ne cédons pas la place aux démons de la division. Le Sénégal est et reste UN et INDIVISIBLE.

Chère population de la CASAMANCE, ma terre natale, de Gouloumbou à Diogué, de Sénoba à Mpack, nous souffrons depuis tant d’années. C’est l’occasion de panser nos blessures et de gagner la paix. Oui il n’y a pas de paix sans justice. Il n’y a pas non plus de justice sans implication personnelle de chacune des parties. A l’image du reste du Sénégal, nos populations ont besoin d’un meilleur cadre de vie. Mais, tous et chacun, comme une seule femme, comme un seul homme, doit être le premier à se battre et à s’investir pour y parvenir. Je comprends les cris. Je comprends vos peines. Mais vous connaissez l’implication personnelle du Président Macky Sall pour la région et vous savez qu’ au-delà de l’action gouvernementale, je ne ménage point mon investissement personnel et mon engagement sans faille pour nos jeunes, nos femmes et nos populations. J’invite toutes et tous à l’adoption d’une attitude constructive et bâtissons notre région, ainsi que tout le reste du territoire sénégalais.

Célébrons Aline Sitoé Diatta, Kuyito, Moussa Molo Baldé, Chérif Younouss Aïdara, Imam Fansou Bodian, Thierno Marsassoum… et participons positivement, avec abnegation, à la construction de notre Sénégal.

A mes frères et sœurs de THIES, ma région d’adoption, nul n’ignore notre bravoure historique. Nous qui avons Lat Dior NGONE Latyr Diop, Khalifa Ababacar SY, Tafsir Ahmadou Barro Ndieguene, Mame Bouh Kounta, Serigne Ahmadou Ndack Seck…. Plus que par le passé, à côté de nos guides, retenons notre pays et apaisons nos cœurs.

A mes Frères et sœurs du département de PIKINE, j’invite à panser nos cœurs. Je vis  parmi vous. C’est une chance, celle  de partager au quotidien les problèmes auxquels vous êtes confrontés. Les temps sont durs, je le sais, nous le savons tous.  Mais je crois en notre capacité de résilience et d’initiatives d’enfants de la banlieue. Ensemble, insufflons une force à notre pays et défendons-le avec hardiesse par nos idées et actions. Nous  en sommes capables,  parce que l’esprit d’initiative de la banlieue nous l’a toujours enseigné.

Monsieur le Président de la République, nous comprenons les moments difficiles que vous vivez, nous sommes tous sensibles à cette douleur et nous la partageons. Ministre de la République, je peux témoigner de votre préoccupation constante du bien être des sénégalais. Il n’y a  pas un seul Conseil des Ministres, sans que vous   rappeliez les préoccupations des populations et  donniez des instructions fermes; en vue d’améliorer leurs conditions et cadres de vie.

Face à ces difficultés, Monsieur le Président de la République, soyez rassuré de ma fidélité, de ma loyauté et de mon engagement à vos côtés. Je suis certaine que la même chose vaut pour tous vos plus proches collaborateurs. Le Sénégal a besoin de vous en ce moment précis, de votre expérience, de votre sens de l’Etat.
A vous Ousmane Sonko, mon frère de la Casamance, mon frère du Blouf, je suis sensible à vos difficultés du moment mais je vous dis que le Sénégal et la Casamance dépassent nos ambitions personnelles. Vous et moi aimons la Casamance et le Sénégal. Mais nous devons être prudents face aux enjeux du moment. Le Sénégal et la Casamance ont besoin de paix, cette paix qui nous a toujours distingué des autres doit être préservée, améliorée et offerte en héritage aux générations futures.

A Vous Adji Sarr, en ce 8 Mars, en tant que femme et mère, je ne peux que vous prendre dans mes bras et vous consoler. Que Dieu vous guide et panse vos douleurs.

A nos Chefs et Guides religieux, vos prières et vos conseils avisés ont toujours été gage de la stabilité sociale dans notre pays, le Sénégal. Je sais que vous priez pour NOTRE patrie, soyez en remerciés. Que Dieu vous entende et exauce toutes nos prières !

A ceux qui ont perdu leurs biens matériels, j’exprime toute ma solidarité, à nos chefs d’entreprises, et en particulier à vous investisseurs étrangers. 
Vingt et une (21) grandes et moyennes surfaces ont été saccagées et pillées et deux au moins, incendiées. Douze (12) stations essence Total ont connu le même sort. Comme nous le savons tous, c’est un coup dur porté à notre économie. C’est aussi un coup dur pour nos jeunes qui y travaillent, pour nos petites entreprises qui les ravitaillent et pour nos agriculteurs qui les approvisionnent en produits agricoles.

Je voudrais ici, les rassurer de la solidarité du Ministère du Commerce et des PME que je dirige, qui se tient et se tiendra à leurs côtés.
Je m’adresse enfin à la fonction publique, hauts fonctionnaires, cadres supérieurs, cadres moyens, chefs de services, agents, c’est ensemble  avec amour, abnégation, loyauté et sincérité que nous allons relever les défis du moment. 
A vous tous mes frères et sœurs du Sénégal et de la Diaspora, hôtes étrangers qui vivent parmi nous, le Sénégal nous appartient. Faisons en sorte qu’il retrouve rapidement sa paix, sa sérénité, son lustre d’antan.
Que Dieu bénisse, protège et garde le Sénégal !

Assome Aminata DIATTA

Ministre du Commerce et des PME

Related posts

Leave a Comment