COVID 19 : L’IFDS fait la promotion des bonnes pratiques

L’international francophone du dialogue social a échangé sur les bonnes pratiques de riposte contre le Covid 19 en Afrique francophone. L’organisation cherche à proposer une alternative et des stratégies concrètes et réalistes aux décideurs pour une relance certaine à court, moyen et long terme de l’économie des pays avec une approche inclusive et participative. L’idéal, découvre-t-on, est d’aboutir à une participation axée sur le dialogue social.

L’Internationale francophone du Dialogue social (IFDS) a échangé sur le Covid 19. L’initiative à contribuer au renforcement de la pratique du dialogue social dans l’espace francophone. L’initiative prise par les camarades de l’ancienne ministre, Innocence Ntap Ndiaye, devenue présidente du Haut Conseil du dialogue social, compte mettre à profit ce contexte de crise pour partager avec ses membres une plateforme virtuelle d’échanges autour des défis, auxquels fait face le monde du travail.

Ainsi, un état des lieux a été fait sur les différentes mesures de riposte contre la pandémie dans l’espace francophone. Sur ce, elle a engagé une sensibilisation et une conscientisation sur leur rôle et responsabilité face à cette pandémie de covid 19.

L’international francophone du dialogue social contribue au développent socioéconomique et, à la cohésion sociale des pays membres de l’Ifds au lendemain de cette maladie. Et, elle veut renforcer les liens de collaboration et de solidarité entre l’institution et les gouvernements afin de contribuer au renforcement de la pratique du dialogue inclusif des organisations et institutions pays membres.

Sous ce registre, des initiatives sont développées pour pallier les pertes d’emplois et la réduction des revenus des travailleurs. Et des mesures prises par les Gouvernements pour accompagner et appuyer les entreprises pour faire face à la crise et relancer l’économie.

La présidente du Haut Conseil du dialogue social, Innonce Ntap Ndiaye et ses pairs, exhortent à l’implication des partenaires sociaux dans la détermination des mesures de protection des emplois et de maintien des revenus des travailleurs et de soutien des entreprises. A cet effet, des mesures spécifiques sont prises au profit des acteurs de l’économie informelle.

A retenir que les infections se chiffrent à plus de 3 millions de cas et 239 604) décès officiellement diagnostiqués dans 198 pays selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Toutefois, ces statistiques, prévient-on, ne reflètent qu’une partie du nombre réel de contaminations, compte tenu du fait que la plupart des pays ne testent que les cas qui nécessitent une prise en charge hospitalière.

Au-delà des conséquences sur le plan sanitaire, cette pandémie a des répercutions dans le Monde du Travail qui se traduisent selon l’Observatoire de l’Organisation internationale du Travail (OIT) par des pertes d’emploi dans le monde du travail.

Related posts

Leave a Comment