add share buttons

Covid-19 : les enquêteurs de l’OMS arrivent en Chine où un premier décès en huit mois est signalé

Pékin a fait part jeudi d’un nouveau décès lié au coronavirus dans la province du Hebei. Il s’agit du premier mort du Covid-19 annoncé en huit mois par les autorités du pays, où une équipe de l’OMS est arrivée pour enquêter sur l’origine de la pandémie.

La Chine a enregistré le premier décès dû au Covid-19 sur son territoire depuis huit mois, ont annoncé jeudi 14 janvier les autorités sanitaires d’un pays qui lutte contre les résurgences de l’épidémie qu’elle avait largement maîtrisée.

Ce décès s’est produit dans la province du Hebei, proche de Pékin, a précisé la Commission nationale de santé, sans donner d’autres informations. C’est dans cette province que plusieurs villes ont été dernièrement soumises à un confinement après l’apparition de contaminations. 

Le dernier décès lié à la pandémie en Chine continentale datait de mai 2020. À en croire le bilan officiel, désormais 4 635 personnes dans le pays ont succombé au Covid-19. Jeudi, les autorités sanitaires chinoises ont par ailleurs fait état de 138 nouvelles contaminations. Il s’agit du bilan quotidien le plus élevé depuis mars dernier.

Plusieurs foyers de contamination

Ce nouveau décès enregistré en Chine survient après l’apparition ces derniers jours de plusieurs foyers de contamination, entraînant une réponse ferme des autorités.

Le Heilongjiang, province limitrophe de la Russie, a ainsi proclamé mercredi un « état d’urgence » épidémique. Ses quelque 37,5 millions d’habitants ont reçu pour consigne de rester dans la province sauf cas d’urgence et d’annuler tout rassemblement prévu.

Une des villes de la province, Suihua, qui compte sur son vaste territoire plus de 5 millions d’habitants, a été placée en quarantaine lundi. Les habitants doivent rester chez eux et les transports publics ont été suspendus.

La recrudescence des cas de Covid-19 inquiète le pouvoir à l’approche du Nouvel An lunaire, qui tombe cette année le 12 février, et donne lieu à des centaines de millions de déplacements de travailleurs migrants rentrant dans leur famille.

Il est toutefois peu probable que la Chine connaisse une « propagation à grande échelle » du coronavirus, a cependant assuré mercredi Feng Zijian, directeur adjoint du Centre national chinois de contrôle et de prévention des maladies.

Une équipe de l’OMS attendue

C’est dans ce contexte qu’une équipe de l’OMS est arrivée jeudi en Chine, à Wuhan (centre) où le virus a pour la première fois été signalé fin 2019.  Cette équipe de l’OMS est composée de 10 scientifiques de différentes nationalités et sera chargée de remonter aux origines du Covid-19. Les experts seront soumis dès leur arrivée à une quarantaine de deux semaines.

La visite est ultrasensible pour le régime chinois, soucieux d’écarter toute responsabilité dans l’épidémie qui a fait près de deux millions de morts dans le monde. Initialement prévue la semaine dernière, elle avait été annulée à la dernière minute faute de toutes les autorisations nécessaires pour l’équipe. Et lors d’une rare critique de la Chine, le patron de l’OMS avait regretté que ses enquêteurs n’aient pas pu se rendre dans le pays.

Cette mission de l’OMS devrait durer entre cinq et six semaines. Elle permettra d’explorer « toutes les pistes » mais ne cherchera pas à désigner un coupable, a indiqué à l’AFP l’un des membres, Fabian Leendertz, de l’institut Robert Koch en Allemagne. « Il s’agit de comprendre ce qui s’est passé pour réduire les risques à l’avenir », a-t-il insisté. Mais « il ne faut pas s’attendre à ce que […] l’équipe revienne avec des résultats concluants » dès cette première visite, a-t-il mis en garde.

France24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils