CONTRIBUTION : TOUS COUPABLES ? Le cri de cœur de Fatou NIANG chargée de la communication du Réseau d’interconnexion, d’échange, de partage et de solidarité (RIEPS)

Abenatv L’école, un lieu d apprentissage, d’éducation et de protection des élèves mais aussi un lieu où les adolescents se rencontrent, échangent et parfois s’initient aux drogues. 
Oui Il n’y a plus de doute, la drogue a investi nos milieux scolaires. Nous avons donc de légitimes raisons de nous inquiéter puisque ingénieusement, cette drogue est distribuée sous plusieurs formes et à atteint des proportions inquiétantes dans notre pays.

Et pour cause, la Brigade de lutte contre la criminalité de la Sureté urbaine de Dakar vient d’arrêter 10 personnes, dont les 8 sont des élèves des collèges privés Sacré-Cœur et Yalla-Sur-En. Il leur est reproché, tenez vous bien, de s’adonner au trafic, à la détention et à la consommation de chanvre indien et de haschich.
Une opération consécutive à la dénonciation par les administrations respectives, au niveau des services compétents du ministère de l’Intérieur, de ce business aux alentours de leurs établissements. Auditionnés, les mis en cause ont reconnu les faits qui leur sont reprochés et gardés à vue. 
N est il pas temps de mettre en œuvre un projet de lutte et de prévention des additions aux substances psycho actives en milieu scolaire? Le pire c est le coût dérisoire de ces stupéfiants, donc accessibles à tous.
Cette délinquance juvénile, est ce l échec d un système, des parents ou de la société ?

Toujours est il qu’il urge d agir car ce fléau devenu comme un cancer qui ronge l école Sénégalaise risque de s étendre davantage, paralysant tout le système éducatif, avec ses conséquences néfastes sur la jeunesse

Related posts

Leave a Comment