add share buttons

Alerte coronavirus : l’Ong WaterAid évente un scandale à 3 milliards de personnes abandonnées, sans moyens fondamentaux de protection

Covid-19 est apparu au monde tel un rappel brutal que ceux qui le gouvernent ignorent les bases de l’hygiène au péril de l’humanité. 3 milliards de personnes, les plus pauvres, se trouvent abandonnées face à la pandémie, privées de lieu de lavage des mains. Elles sont sans moyens fondamentaux de protection l’eau potable et le savon, alerte dans un communiqué l’Organisation non gouvernementale internationale WaterAid Afrique de l’Ouest.

D’après l’Ong qui crie au scandale le draft de la résolution de l’Assemblée Mondiale de la santé sur le Covid-19, qui fera l’objet de discussions virtuelles la semaine prochaine, n’a aucunement fait mention de l’accès à l’eau propre et à l’hygiène comme éléments fondamentaux de prévention du Covid-19. En plus, renchérit-elle, aucune stratégie n’a été mise en place pour réduire les écarts d’accès à l’eau propre et à l’hygiène qui demeurent les moyens de prévention de première ligne.

En prélude à l’Assemblée Mondiale de la Santé prévue la semaine prochaine, elle demande, devant cette inattention, aux ministres de la santé des pays d’Afrique de l’Ouest de placer l’hygiène au cœur de la stratégie nationale de réponse à la pandémie du coronavirus.

2 centres de santé sur 5 dans le monde dépourvus d’eau propre et de savon

Si pour l’Ong les gouvernements n’ont pas tardé à promouvoir l’hygiène des mains et le lavage des mains, elle n’en estime pas moins que ces derniers auront agi sans toutefois reconnaître que cela est impossible pour les trois milliards de personnes dans le monde qui manquent d’eau propre et de savon, et pour des millions d’agents de santé de première ligne et leurs patients dans les centres de santé et les hôpitaux.

Données statistiques à l’appui, WaterAid Afrique de l’Ouest indique que plus de 3 personnes sur 10 (34,4%) dans cette partie du continent africain n’ont aucun lieu pour se laver les mains avec l’eau propre et le savon et autant de personnes presque (31,2 %) ont un accès à l’hygiène limité (sans eau ou sans savon) malgré le fait que le lavage des mains est un des moyens de limiter la propagation de la maladie à Coronavirus.

En outre, les centres de santé risquent de devenir les épicentres de la contamination et pourraient mettre la vie des médecins, infirmières et sages-femmes en danger pour sauver les autres. Car à travers le monde, 2 centres de santé sur 5 n’ont pas les lieux pour se laver les mains avec l’eau propre et le savon où ils apportent les soins aux patients. En Afrique de l’Ouest, entre 3% et jusqu’à 50% des centres de santé manquent de services de base tels que l’eau ou l’hygiène, ajoute l’Ong.

Des engagements et peu de progrès !

En prélude à l’Assemblée Mondiale de la Santé prévue la semaine prochaine, WaterAid Afrique de l’Ouest appelle tous les ministres de la santé à fournir l’eau propre et le savon aux travailleurs de la santé afin qu’ils se protègent et protègent les autres pour sauver des vies. L’Ong rappelle pour s’en désoler que l’année dernière les ministres de la santé du monde entier s’étaient engagés à rendre disponible l’eau propre dans chaque hôpital et centre de santé, mais depuis, dit-elle, il y eut peu de progrès. Une situation qui laisse penser que malgré les statistiques alarmantes, l’importance de l’accès à l’hygiène et à l’eau propre a été négligée par les leaders mondiaux face à la crise actuelle. 

WaterAid pense qu’il s’agit d’un manquement au devoir des pays donateurs et des gouvernements nationaux où le taux d’accès est bas. Ce qui va à l’encontre des résolutions de l’OMS aux États Membres, les appelants à la fourniture urgente de services d’hygiène aux communautés et aux centres de santé.

Cela fait suite à des exclusions similaires de l’eau et de l’hygiène de presque tout le financement d’urgence Covid-19 débloqué par les gouvernements et les organismes donateurs au cours des deux derniers mois. Sur 51 annonces majeures de soutien financier des bailleurs de fonds aux pays en développement, six seulement ont fait mention de l’hygiène, signale l’Ong.

Les attentes de la 73ème Assemblée générale de la santé

«Pour arrêter la propagation du virus Covid 19 et assurer la sécurité sanitaire pérenne de leurs populations, les gouvernements ont le devoir d’investir plus et mieux dans la prévention. Il est urgent que l’accès à l’eau potable, à des infrastructures d’hygiène et d’assainissement adéquats soit une priorité pour eux et se traduise par des investissements conséquents. Sans cela, nous ne pourrons parler de sécurité sanitaire, ni de résilience des populations notamment celles qui sont les plus démunis et marginalisés », prévient Marieme Dem, Directrice régionale WaterAid Afrique de l’Ouest. Elle espère les gouvernements et tous les participants à la 73ème Assemblée générale de la santé prendront la mesure de cette responsabilité et adopteront une résolution ferme d’investir plus et mieux dans l’accès à l’eau potable, une bonne hygiène et un assainissement approprié notamment dans les centres de santé, les écoles, les lieux publics et pour les ménages notamment les plus pauvres.

Il y a eu plus de 63 000 cas signalés et plus de 2 000 décès. Et l’OMS a tiré sur la sonnette d’alarme : le continent africain pourrait voir jusqu’à 190 000 décès au cours de la première année de Covid-19, rapporte l’Ong.

Raymond Apéraw DIATTA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils