add share buttons

Violences faites aux femmes et aux jeunes filles: La gente féminine s’exige la criminalisation du viol

 « Dressons nous contre viol ». C’est le thème choisit par le Sénégal pour la campagne des 16 jours d’activisme de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles (25 novembre au 10 décembre). Lancée, ce samedi par la ministre de la femme, la famille, du genre et la protection des enfants, cette initiative a pour principale objectif de rendre effective la criminalisation du viol.

 La question des violences basées sur le genre est au cœur de l’actualité médiatique et son éradication est une des priorités majeures de l’Etat du Sénégal, à travers le ministère de la Femme. Pour mettre fin à ce fléau, la campagne des 16 jours d’activisme (25 novembre au 10 décembre) contre les violences faites aux femmes et aux filles dénommée la campagne orange » est lancée ce samedi au monument de la Renaissance. En effet, au Sénégal, les cas de viols et violences faites aux femmes et aux filles commencent à devenir une banalité. Tous les jours, les réseaux sociaux et les journaux traditionnels font état d’un cas viol où de violence. Un constat qui irrite l’Etat et la société civile qui ont décidé d’harmoniser leurs compétences afin de trouver des solutions idoines pour éradiquer le fléau et surtout pour le criminaliser le viol. C’est dans ce cadre d’ailleurs que le ministre de la Femme, Ndeye Saly Diop Dieng, qui a présidé la cérémonie de lancement de la campagne  a demandé aux femmes de s’engager davantage dans la lutte contre les violences qui leur sont faites, en développant de nombreuses initiatives afin de renforcer les mécanismes de prévention et de réponses face aux Violences basées sur le genre (Vbg). «Nous ne devons jamais baisser les bras et maintenons la couleur orange qui symbolise les violences faites aux femmes et aux filles », a-t-elle déclaré. Selon elle, il faut un éveil des consciences aux impacts négatifs de la violence de la vie des femmes et des filles. Raison pour laquelle, elle appelle à renforcer la mobilisation de tous les acteurs dans la mise en œuvre des stratégies de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, en particulier le viol.

Pour sa part, Khady Diallo présidente de l’Association des juristes sénégalaises (Ajs), a fait savoir que parmi les 6 289 cas de Vbg enregistrées de janvier à décembre 2018 au Sénégal,  les 1 321 cas portent sur les violences sexuelles. « À l’issue de cette campagne nous vaincrons ce fléau, si nous prenons en charge cette problématique », lance-t-elle.

Pour rappel, la campagne  des 16 jours d’activisme de lutte contre la violence faite aux femmes et aux filles a été  lancée en 2010 à Addis Abeba, le Sénégal, à l’instar de la communauté internationale, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers et la collaboration des Organisations de la société civile.

Abenatv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils