add share buttons

POUR MIEUX COMBATTRE LE PÉRIL PLASTIQUE : Abdou Karim Sall annonce la révision de la loi

                 La loi n0 2015-09 relative à l’interdiction de la production, de l’importation, de la détention, de la distribution, de l’utilisation de sachets plastiques de faible micronnage et à la gestion rationnelle de déchets plastiques, sera bientôt revisitée dans le but d’y intégrer les sachets d’eau en plastique, les gobets en plastique entre autres. L’annonce a été faite par le ministre de l’Environnement et du Développement Durable Abdou Karim sall, hier lors de la caravane de sensibilisation qui a effectué dans les marchés de la capitale, notamment, marché Castor, Hlm, Tiléne et Sangada. «L’objectif principal de cette campagne est de communiquer sur la loi sur le plastique en vue d’u changement de comportement des populations » explique-t-il. Pour le ministre cette campagne de lutte contre le péril plastique constitue le meilleur moyen de sensibiliser la population sur les dangers. En effet, selon certaines estimations, au Sénégal, le nombre de sachets plastiques abandonnés chaque jour dans la nature s’élève à 5 millions. Si pour d’aucuns, ce chiffre peut paraître exagérer, il n’en demeure pas moins qu’il a le mérite de traduire une réalité difficilement contestable : celle de l’envahissement de nos villes et villages par les sachets plastiques. « Les désagréments occasionnés par les sachets plastiques ont d’abord été perçus sous l’angle de la dégradation du cadre de vie. Mais depuis, on a mis en évidence leur impact négatif sur l’environnement et la santé. Celui-ci est tel qu’on n’hésite plus, pour parler de la prolifération incontrôlée des sachets plastiques, à évoquer le terme de « péril plastique », l’assimilant ainsi à un véritable fléau » s’offusque Abdou Karim Sall.  En effet, sur le plan écologique, les sachets plastiques sont à l’origine d’une importante source de pollution visuelle du sol, et de l’encombrement des caniveaux et des égouts concourant ainsi à la récurrence des inondations. En milieu rural, les sachets plastiques sont à l’origine de la dégradation des terres de culture, de la diminution des espaces agricoles et du coefficient d’infiltration du sol ainsi que de la baisse du rendement agricole.  Chez les végétaux, soutient le ministre «les sachets plastiques peuvent inhiber, à la fois, la photosynthèse qui est essentielle pour la production de matières organiques utiles pour tous les êtres humains et la germination des graines, impactant ainsi de manière négative la régénération des peuplements ». 

            Toutefois, cette première journée de la caravane a permis au ministre de s’approcher de la population pour leur expliquer de vive voix l’impact négatif des  plastique dans leur vie. «L’action néfaste des sachets plastiques se manifeste également à l’égard des animaux. En effet, un grand nombre d’entre eux meurent étouffés en essayant de les ingurgiter. C’est le cas en particulier du cheptel mais également des tortues et des mammifères marins qui les confondent avec des méduses ou des céphalopodes.  Les impacts liés à la santé ne sont nullement négligeables » déclare M. Sall.

            Abenatv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils