add share buttons

RAMADAN : Les volontaires du «ndogou» envahissent les quartiers

Plus que de coutume, durant tout le mois sacré du Ramadan, les musulmans se connectent  spirituellement avec Dieu. Ils rivalisent de religiosité et de solidarité. Le mois est en effet, celui du partage, il est rempli de biens et de bénédictions. La récompense des bonnes actions est multipliée, ce qui pousse sans doute beaucoup de musulmans, de partout à travers le monde, à des actions ponctuelles de solidarité.

Dakar, n’échappe pas cette ambiance d’entraide, de dévotion, de générosité. En effet, dans les rues de la capitale, des jeunes s’organisent pour distribuer des ndogou. Présents depuis plusieurs années, ils font désormais partie du décor du mois de Ramadan.

Calebasse ou bol à la main, discours bien rodé,  ils approchent les passants pour recueillir des dons leur permettant, à l’heure de la rupture servir du café, du pain, des dattes… Ils ne peuvent compter que sur les dons de ces personnes qu’ils interpellent et à défaut d’atteindre la somme nécessaire, ils participent par leurs maigres moyens financiers.

Mais leur motivation est grande en cette période intense sur le plan spirituel. Elle ne serait ni d’ordre financière, ni d’un besoin de reconnaissance. Elle serait plutôt dans la satisfaction morale d’apporter une aide à autrui, de donner de soi pour permettre à d’autres de couper leur jeûne à l’heure convenue. Cette action est au cœur de leurs occupations durant ce mois.

Mais, le Ramadan est aussi, une occasion de faire preuve d’autodiscipline pour élever la foi. Il s’agit ici de poser la question sur la manière dont certains de ces jeunes abordent les passants. Une manière jugée agressive et souvent décriée. En effet, si beaucoup de jeunes qui se lancent dans cette action savent que la manière la plus recevable de demander reste la manière la plus cordiale, d’autres semblent oublier cet impératif. Dans leur attitude, d’aucuns trouvent le moyen de semer le doute autour de leurs motivations réelles. Cependant, aussi difficile qu’il soit pour certains de comprendre cette énergie, cette force et ce dynamisme qui les animent, sa main posée gentiment sur la mienne, Moustapha ce jeune faisant partie de cette bande aux alentours de Thiaroye, assure que c’est seul le fait de donner à manger pendant ce mois béni qui leur procure une profonde sensation de fierté et un immense plaisir.

S’il est naturel d’avoir des opinions, des valeurs différentes, à cette bande de copains, citoyens lambdas, comme à d’autres postés ailleurs dans la capitale, il est important de rappeler que  ce que vous donnez en charité avec l’intention sincère de ne plaire qu’à Dieu, Il vous le remplacera. « Vous serez pleinement récompensés et nullement lésés. »

Amadou SALL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils