add share buttons

FRÉQUENCE DES PÉNURIES D’EAU A DAKAR : Les « pompes Diambars », une source qui atténue la corvée

Les « Pompes Diambars », une source… sûre  d’approvisionnement en eau

La vie tourne autour des « pompes Diambars », lorsque des quartiers de Dakar sont plongés dans des pénuries. Sans ces points, des ménages vivraient le calvaire durant les pics de déficits. « Ces pompes Diambars », atténuent la souffrance des populations.

Au jardin public du Lot 10 du quartier ScattUrbam Mariste, tout le monde connaît la pompe à eau installée dans cet espace public. Cette ‘’pompe Diambars’’ est sur le site depuis le démarrage des travaux de l’immeuble blanc devant lequel elle est implantée. C’était en 2006. Les alentours de la pompe sont toujours humides du fait des sollicitations des populations environnantes. Ces dernières,  avec les coupures d’eau viennent s’approvisionne.

Les propriétaires habitent au premier étage, appartement B de l’immeuble. Trouvée en cette matinée en train d’aider sa tante dans les travaux domestiques, l’étudianteMame Diarra Dionne, nous confie que c’est son oncle qui a installé cette pompe depuis 2006 pour les besoins de la construction de l’immeuble. A la fin des chantiers, il a décidé de laisser la pompe sur place pour les habitants de l’immeuble mais aussi pour les riverains. Elle nous confirme que tous les jours, les voisins viennent puiser de l’eau avec la pompe de  08 heures à 19 heures gratuitement. Cette eau sert pour le nettoyage de la maison, la vaisselle, le linge et même pour le bain. «L’eau est de très bonne qualité. Elle-même plus claire que celle du robinet. Mais par prudence,  on la boit rarement que si elle est bouillie»,nous informe Mame Diarra Dionne.

Sa tante Astou Diagne confirme cela estimant que cet ouvrage est d’une grande utilité pour tout le monde. «Des fois, certains viennent avec leurs véhicules, remplissent des bouteilles et repartent en cas de coupure d’eau. On ne connaît pas tous ceux qui viennent chercher de l’eau ici, le nombre étant très important. Avec les coupures et l’instabilité dans l’approvisionnement en eau, les pompes Diambars sont une bonne alternative. En plus elle permette de réduire la facture car on peut tout faire avec l’eau des pompes», souligneAstou Diagne, par ailleurs ‘’BadienouGokh’’ du quartier, tout en continuant la préparation de son couscousqu’elle vend tous les soirs.

A une centaine de mètres de là, en face du terrain de basket de Mariste 1, plusieurs maisons ont aussi leurs pompes à eau. Compte tenu du caractère affleurant de la nappe phréatique, il suffit de forer quelques mètres pour avoir de l’eau et installer le dispositif de la pompe Diambar. A la villa 114, RawaneDiop y tient une boutique. Ici, ce dispositif est dans la cour de la maison. Il est bien sécurisé et protégé contre le vent et la poussière. Toutefois, le propriétaire ouvre largement ses portes à tous les voisins en cas de déficits et de pénurie. Le boutiquier, qui dit observer tous les va-et-vient dans la demeure lors des coupures d’eau, mesure toute l’importancede ce système de mobilisation de la denrée précieuse. «Beaucoup de personnes installent ces pompes chez-eux pour avoir des solutions lors des nombreuses coupures d’eau», dit Rwane Diop.

Au quartier Hann 3, Fatou Touré Ndiaye, vendeuse de petit déjeuner embouche la même trompette. « Hier, mes filles étaient à la pompe pour chercher de l’eau», lance-t-elle. «Nous sommes obligées de nous rabattre sur ces pompes Diambars qui au moins nous garantissent l’accès continue à l’eau. Il y a toujours beaucoup de perturbationset on espère que la situation reviendra à la normale», affirme la cinquantenaire.

Les puits aussi…

Si ce n’est pas les pompes Diambars, d’autres maisons disposent toujours de puits pour réduire leur dépendance des forages et des usines de Keur Momar Sarr. Au quartier  Mariste 1, Binta Sall, assise sur sa chaise, au seuil de leur maison prépare des aliments pour les moutons. «On a notre puits nos voisins aussi en ont. On utilise cette eau pour tout faire. Même nos enfants peuvent puiser l’eau du puits qui est de très bonne qualité, on le protège eton met de l’eau de javel souvent», nous confesse-t-elle.Cette dernière d’indiquer que ce puits a été creusé il y a plusieurs années au moment de la construction de la maison.

Source : Le Soleil

L’eau  ne coule pas de manière continue à Keur Ngor

Au village de ‘’KeurNgor’’ des Maristes, l’instabilité dans l’approvisionnement eau est toujours une réalité. Les habitants ont constaté que malgré une certaine amélioration, ces jours-ci, ils restent presque toute la journée sans  que le liquide précieux ne coule des robinets. Du coup, les « pompes diambars » ne sont plus une alternative mais la principale source d’approvisionnement. A la mosquée dudit quartier, une pompe a été installée par un bénévole, selon Mamadou Barry, habitant de ‘’Keur Ngor’’ et gérant un atelier de couture à côté du lieu de culte. «90% des habitants du village utilisent l’eau des pompes pour toutes les tâches sauf pour la boisson. La pompe fonctionne toute la journée mais avec les robinets, avant 9 heures, il n’y a plus d’eau jusqu’en soirée. La pompe nous permet d’avoir le liquide précieux», lance Mamadou Barry. Ce dernier est conforté dans sa thèse par Rokhaya Seck, habitante de KeurNgor où elle vend des légumes près du lac. Entourée par des enfants surexcités qu’elle a du mal à calmer, Rokhaya Seck martèle qu’il y a beaucoup de problèmes dans la disponibilité du liquide précieux à KeurNgor. «Des fois de 08 heures à 22 heures, on n’a pas d’eau. Cela fait que les pompes du village nous aident vraiment», affirme-t-elle. A part la pompe de la mosquée, il y aussi une autre pompeinstallée juste dans la maison voisine à celle de notre interlocutrice. Tous les habitants y ont accès et y puisent gratuitement le liquide précieux.

Source :Le Soleil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils